PARTAGER

Face aux responsables de l’Apr, Macky Sall a allié à la fois diplomatie et fermeté pour expliquer ses choix après la mise en place du nouveau gouvernement. Le Président a aussi informé que la suppression annoncée du poste de Premier ministre fera partie du dialogue politique.

C’était l’heure de la séance d’explications. Après la formation du gouvernement, le Président Macky Sall a réuni hier pour la première fois les responsables de son parti dans le cadre du Secrétariat exécutif national (Sen). A moins de 8 mois des élections locales, le Président de l’Apr devait gérer les frustrations en sourdine. Selon des membres de l’Apr ayant participé à la rencontre, le Président a tenté de convaincre ses hommes pour ses choix dans le nouvel attelage gouvernemental. «Il faut comprendre que faire un gouvernement est l’une des choses les plus difficiles. Ce n’est pas parce qu’on sort un ministre qu’il est incompétent. Si j’avais un seul ministre incompétent, je n’aurais pas réussi le bilan qui m’a fait réélire», a déclaré Macky Sall, entouré au présidium par Mahammed Boun Abdallah Dionne, Augustin Tine, Aminata Tall et Aminata Touré.

«Même les plus grands joueurs sortent en cours de match»
Dans le huis clos du palais de la République, M. Sall n’a pas évoqué spécifiquement le cas Amadou Ba. L’ancien ministre de l’Economie, des finances et du plan, muté aux Affaires étrangères, aurait été «sanctionné», d’après des observateurs pour ses supposées ambitions présidentielles. «Ce n’est pas parce que je me sépare ou je déplace un ministre qu’il n’est pas efficace. J’ai construit ce bilan avec vous. Sortir des ministres pour mettre d’autres permet au gouvernement de respirer. Même les plus grands joueurs sortent en cours de match. Lorsque je nommais un ministre, je ne lui demandais pas des explications. C’est ma prérogative de nommer des ministres. Donc, les gens ne doivent pas s’émouvoir que je mette ou démette des ministres. Je n’ai aucune explication à donner à un ministre que je démets ou que je mute à un autre département», a tonné ferme le chef de l’Apr. Et, précisent les mêmes sources, «sous le regard de Amadou Ba».

La suppression du poste de Pm dans le panier du dialogue
Dans ce sillage, le président de la République a fustigé l’attitude des responsables de son parti qui expriment leurs frustrations dans la presse. Dans ce jeu, M. Sall joue au sourd-muet. «A ceux qui râlent dans la presse, je ne me considère pas comme leur interlocuteur. Il n’est pas normal de parler à son chef par le canal de la presse. Je ne les lis pas et je ne les écoute pas», avertit-il. Allusion à Youssou Touré ? Le leader de l’Apr a tout de même indiqué avoir reçu des «lettres de fidélité de ministres sortants».
Par ailleurs, Macky Sall a expliqué à ses troupes les motivations de son projet de suppression du poste de Premier ministre. Il dit : «Avec cette réforme, je n’aurai plus aucun droit sur l’Assemblée nationale. Le pouvoir qui me restera, en tant que clé de voûte des institutions, c’est d’intervenir quand il y aura des blocages. Le dialogue annoncé va nous permettre de voir sous quelle forme cela se fera. Avec cette réforme, je perdrai mon droit de dissolution. Donc, si un député est élu, il le sera pour 5 ans. C’est un équilibrage.» Ainsi, il demande aux responsables apéristes de «s’armer lors des débats» sur cette réforme.

«L’électorat mouride ne m’a pas tourné le dos. Thiès, c’est
le fief de Idrissa Seck comme le Fouta et le Sine Saloum sont les miens»
Après le gouvernement, le leader du parti présidentiel a évoqué les résultats de l’élection présidentielle, notamment sa défaite à Touba au profit de Idrissa Seck. «L’électorat mouride ne m’a pas tourné le dos. J’ai obtenu là-bas un nombre que je n’ai jamais obtenu», analyse-t-il, invitant son parti à déterminer les «vraies causes» des revers de Bby dans les régions de Diourbel, Thiès et Ziguinchor. Avant d’ajouter : «A Thiès, j’avoue que c’est le fief de Idrissa Seck comme le Fouta et le Sine Saloum sont mes fiefs. Cependant, à Touba, à Thiès et à Ziguinchor, j’ai obtenu des scores jamais atteints depuis que je suis au pouvoir.» Enfin, deux nouveaux ministres ont intégré le Sen de l’Apr. Il s’agit de Mouhamadou Makhtar Cissé et Abdou Karim Fofana, respectivement ministre du Pétrole et des énergies et ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here