PARTAGER
Didier Awadi, artiste rappeur.

Une première au Sénégal ! 38 projets des cultures urbaines ont été retenus pour bénéficier du fonds d’appui aux cultures urbaines d’une valeur de  300 millions Cfa. Ils ont reçu hier leur fonds et ont procédé à la signature de la convention. Les bénéficiaires apprécient le geste mais trouvent que ce n’est pas suffisant par rapport à leurs attentes. Ils demandent une augmentation d’ici l’année prochaine.

Par Mame Fatou KEBE

Chose promise, chose faite. Le 23 janvier 2016, le Président Macky Sall avait convié la communauté artistique et à cette occasion, il avait annoncé son intention de soutenir la culture urbaine avec une enveloppe de 300 millions de Cfa. Un appel à soumission de projets avait été lancé et 38 projets répondant aux critères techniques contenus dans le manuel de procédure du fonds ont été retenus et ont reçu leur fonds hier. Les bénéficiaires ont procédé à la signature de la convention au Centre culturel Douta Seck. La somme totale de ces fonds est évaluée à 200 millions Cfa, et  le montant restant, c’est-à-dire les 100millions, sera destiné de façon prioritaire à l’appui des évènements du secteur et à la formation.
Les montants alloués varient entre 2 millions 500 et 10 millions. Les bénéficiaires sont entre autres, Freestyle roller, Studio Sankara avec Dj Awadi, Guédiawaye hip hip, Bidew bou bess, Africulture urbain, l’As­sociation Kaay fecc… «Nous avons reçu 103 dossiers et nous nous sommes organisés pour procéder à la lecture et ensuite se retrouver pour des croisements. Et tout ceci on l’a fait à partir d’une grille  de notation», a expliqué Cheikh Diaw, représentant du comité de lecture. A l’en croire, des recommandations ont été émises par le même comité. Il s’agit, pour les bénéficiaires, d’une formation en écriture, faire un ciblage des régions non bénéficiaires, assurer un suivi dans l’exécution des projets pour évaluer l’effectivité de leur mise en œuvre et veiller à ne pas donner l’intégralité des sommes.

Les autorités
se félicitent
Birane Niang, représentant du ministre de la Culture et de la communication, a affirmé qu’en accordant une dotation de 300 millions de francs Cfa pour l’institution de fonds de développement des cultures urbaines, le protecteur des arts, des lettres et des artistes «a ouvert la voie à un processus nouveau et prometteur d’une structuration de cette filière d’expression artistique». «Cette décision du chef de l’Etat a été facilitée par l’engagement des acteurs des cultures urbaines.  La claire conscience que ceux-ci ont de leurs besoins ainsi que leurs aptitudes à initier des démarches cohérentes et solidaires ont été déterminantes dans la mise en place de ce fonds», s’est-il félicité. Il croit à ce propos, que c’est pourquoi ce premier succès qui était avant tout le leur, se doit d’être confirmé par une gestion rigoureuse et transparente conforme à leurs attentes.
Rémi Sagna, directeur de cabinet au ministère de la Culture, a précisé que le comité de lecture a proposé 32 projets qui ont été validés par le comité de gestion. Ce dernier a toutefois estimé que ces 32 projets ne couvraient pas l’ensemble du territoire national. «Nous avons finalisé les choix en nous fondant sur les recommandations du comité de gestion qui indique qu’il y avait des projets qui avaient du contenu mais peut être que la rédaction n’était pas très bonne et qu’il fallait aller vers un maillage du territoire national. Nous avons ainsi proposé que 6 autres projets viennent s’ajouter au 32 et qui couvriraient les régions qui n’avaient pas été prises en compte», a-t-il éclairci.

Réactions… Réactions…Réactions…

Matador, artiste rappeur slameur, président de l’association Africulturban.
«On remercie le président de la République et demandons une augmentation de l’enveloppe»
«C’est un plaisir de recevoir cette subvention, car pendant 30 ans de pratique du hip-hop, c’est la première fois que je vois qu’un fonds est disponible pour les gens qui font dans les cultures urbaines. On reçoit des fonds partout dans le monde mais jamais au Sénégal. Donc ça nous va droit au cœur de voir qu’on est pris en compte. Mais il faut que ça soit augmenté car 10 millions c’est 2 fois rien du tout pour nous. On n’avait demandé plus mais c’est mieux que rien. Je pense que l’enveloppe n’est pas énorme. On remercie le Président et on lui demande d’augmenter la cagnotte l’année prochaine. Car si le cinéma est à 2 milliards, je ne vois pas pourquoi le hip-hop ne peut pas avoir plus que 300 millions.»
Gassira Diagne, représentante de l’Association Kayy Fecc
«Il faut qu’on reçoive à temps ces subventions»
Cette initiative est à saluer parce que c’est la première fois qu’un financement de ce type nous a été alloué. Toutefois, je souhaite que les bénéficiaires reçoivent leur subvention au moins 15 jours avant le début de leurs activités. Aussi, il faut que ce fonds soit augmenté à au moins 700 millions. J’espère qu’on arrivera aux milliards un jour car on le mérite.»

Didier Awadi, artiste rappeur
«Il nous revient à présent de faire des résultats»
«C’est quelque chose de fort, le fait qu’on nous donne les moyens pour notre travail. On crie mais quand on voit quelque chose de bien, on applaudit. Cette reconnaissance nous l’apprécions à sa juste valeur. C’est à nous maintenant de savoir gérer. Soit on gère bien, on le double ou on le triple, soit on sera la risée de l’histoire. Aujourd’hui, on a un fonds qui est le Fopica et qui fait 2 milliards Cfa pour le cinéma et des résultats directs ont été notés. Maintenant dans les cultures urbaines, c’est à nous de faire des résultats.»
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here