PARTAGER

Les militants de l’Apr de Matam ont rencontré samedi leur leader au Palais. Les échanges, qui ont duré cinq tours d’horloge, ont porté sur le désenclavement, l’électrification rurale et l’éducation. A moins de 7 mois de la Présidentielle, Macky Sall a demandé à ses militants de patienter jusqu’à son prochain mandat pour satisfaire certaines doléances.

L’audience, accordée par le chef de l’Etat au Palais aux 300 militants de l’Alliance pour la République (Apr) de Matam, s’est déroulée ce samedi dans une ambiance bon enfant. Face au chef de l’Etat, très à l’écoute, les personnes qui se sont succédé au micro ont tenu un discours fédérateur à quelques mois de la Présidentielle. Même si l’ambiance sur le terrain est loin d’être détendue. Saluant les investissements réalisés dans la région, certaines revendications ont été formulées au chef de l’Etat, a appris Le Quotidien. Entre autres, les plénipotentiaires ont insisté sur le désenclavement de la zone du Dandé Mayo, le raccordement électrique de certains villages surtout ceux du Diéri, le financement des femmes, l’emploi des jeunes et la promotion des cadres.
En réponse à la demande liée au désenclavement de la route du Dandé, notamment le bitumage de l’axe Oréfondé-Diorbivol à Matam, le Président Sall a tout de suite réagi en indiquant le coût très élevé pour la réalisation de cette infrastructure routière. Il a cependant demandé du temps pour lancer les études de faisabilité en vue de la réalisation de ce projet, s’il obtient un deuxième mandat. Face à l’impossibilité du régime de satisfaire dare-dare certaines revendications des populations de Matam, le Président Sall a servi à la délégation une réponse imagée : «Généralement, la fille de la coiffeuse ne se tresse pas le jour de la fête.» Autrement dit, il veut dire à ses «parents du Dandé Mayo», qu’il n’était pas évident qu’ils puissent bénéficier de beaucoup de réalisations durant son premier mandat. Mais, il sera possible d’engager plusieurs projets s’il obtenait un second mandat. Une véritable stratégie d’un candidat sortant, qui veut briguer encore une fois de plus les suffrages des citoyens en leur faisant miroiter de nouvelles promesses.
Par ailleurs, il a annoncé que l’Isep de Matam, une doléance qui a été toujours portée par la jeunesse de la région, verra bientôt le jour. En effet, le Président a informé avoir donné des instructions pour le démarrage imminent des travaux dont les lenteurs étaient liées aux problèmes d’assainissement. En écho, les militants de l’Apr de Matam ont sollicité la création d’une Université du Fouta (Uf). «Cela permettra aux fils de cette région Nord-est de rester chez eux poursuivre leurs études supérieures, mais aussi, c’est une façon de redorer le blason d’une contrée pendant longtemps laissée à elle-même et minée par l’exode rural», demandent-ils. Ce n’est pas tout. Le problème de la pénurie récurrente de l’eau à Ourossogui, la modernisation des cités religieuses du Fouta, à l’image du foyer de Thilogne, la demeure du grand érudit Thierno Hamet Baba Talla, ont fait partie des préoccupations soumises au chef de l’Etat.
En tout cas, le Président Macky Sall, qui a salué l’initiative, une première, a pris bonne note et promis d’apporter des solutions pour ce qui est réalisable à court terme et d’étudier le reste en vue de trouver des solutions. D’ailleurs, Macky Sall est revenu sur l’aérodrome de Ourossogui dont les travaux de modernisation devront bientôt démarrer. Cet aéroport régional, mis aux normes internationales, pourra à l’avenir accueillir des dessertes de la compagnie Air Sénégal Sa et même l’avion présidentiel. Concrètement, le Président Sall a annoncé la libération d’un quart des financements de la Délégation pour l’entreprenariat rapide (Der) destinés à Matam à partir de ce lundi. Evoquant les questions politiques, à moins de sept mois de la Présidentielle, Macky Sall a demandé à ses troupes de se mobiliser et de s’engager pour un large score au soir du 24 février 2019.
d.dem@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here