PARTAGER

«Les écrivains et créateurs du Sénégal ont une grande chance. Il n’y a pas au Sénégal un écrivain embastillé, persécuté ou même gêné dans sa liberté d’expression, qu’il soit écrivain ou journaliste. Le président de la République nous associe même dans la gouvernance.» Momar Guèye, président des poètes, essayistes et nouvellistes du Sénégal, a ainsi venté hier le modèle sénégalais en face de ses collègues écrivains d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine. «On n’a pas de problèmes. Nous bénéficions de l’attention du gouvernement. L’association est périodiquement subventionnée par le gouvernement», a-t-il dit. Non sans préciser que cela ne veut en aucune manière dire qu’ils tairont certains manquements. «Nous sommes très objectifs quand il s’agit de donner des conseils au gouvernement. Nous le faisons avec courtoisie et élégance. Nous ne sommes pas là pour insulter les autorités. Il y a beaucoup de journalistes et écrivains qui pensent qu’il faut toujours critiquer, lancer des pierres aux autorités ; ce n’est pas ça notre objectif. Nous sommes des lanceurs d’alertes, des éveilleurs de consciences, les conseillers du gouvernement et du Peuple…», a-t-il poursuivi, invitant les écrivains des autres pays à emboîter le pas au Sénégal. «Je souhaiterais que les autres écrivains des autres pays ne terrorisent pas leur gouvernement. Sinon il se méfie et on ne vous aidera pas», a-t-il dit, suscitant quelques grincements de dents ou plutôt réactions du côté de ses collègues présents dans la salle. «Il appartient à chaque écrivain de faire face à son gouvernement», a rectifié Abdoulaye Fodé Dione, président de l’Union des écrivains d’Afrique, d’Asie et d’Amérique Latine.

Guinée Conakry, Côte d’Ivoire et Mauritanie : entre sombre parcours et avenir radieux
Invités à se prononcer sur le chemin que la littérature a pris dans leurs pays respectifs, les délégués de la Guinée Conakry, de la Côte d’Ivoire et de la Mauritanie ont tracé un sombre parcours. Pendant la colonisation, on a noté en Guinée Conakry une littérature de lutte contre la colonisation. Avec l’indépendance, les écrivains de ce pays espéraient que la liberté va revenir et qu’il y aurait un baby-boom dans le domaine des lettres. Malheureusement, le président des écrivains de la Guinée, Lamine Kamara, a noté que ce n’était pas le cas. «Nous avons subi une dictature pendant 25 ans, un quart de siècle. Sékou Touré a, à lui seul, produit 26 tonnes. C’est la littérature présidentielle. C’est la période d’éclipse de la littérature libre», a-t-il indiqué. Aujourd’hui, il se réjouit cependant que la Guinée se remette peu à peu en selle. «Il y a une nouvelle vague d’écrivains et une activité littéraire intense. Et dernièrement, Conakry est capitale mondiale du livre, 3e pays africain a bénéficié de ce label.»
La Côte d’Ivoire a aussi connu sa période sombre en matière de littérature. L’Association des écrivains de ce pays a rappelé les années de crise qui ont secoué leur pays et engendré une période de léthargie. Aujourd’hui, la littérature y reprend peu à peu forme. L’effervescence et un rajeunissement, dira le président des écrivains de ce pays, font que les choses vont dans le bon sens. Et pour les Ivoiriens, de nouveaux challenges se dessinent. «Il y a des impératifs, notamment celui de la qualité», a-t-il soutenu. Il estime que «la quantité ne doit pas se faire au détriment de la qualité».
Du côté de la Mauritanie, des auteurs portent aussi de plus en plus cette littérature. «De jeunes auteurs essayent d’assurer la relève d’une littérature qui s’affirme de plus en plus à travers une littérature nationale intense écrite en pular, en hassaniya (arabe dialectale) et en langue française et arabe», selon Moussa Diallo, délégué des écrivains de ce pays, pour qui le but de l’écrivain est de rectifier les manquements des acteurs politiques. «Les politiques s’occupent de la politique, mais les hommes de lettres et intellectuels doivent faire en sorte que les pays se connaissent mieux», a-t-il défendu.
aly@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here