PARTAGER

L’Union européenne, à travers l’Unesco, a remis des équipements professionnels à l’Union de la presse gambienne et à l’université de Gambie. Ce financement  vise à renforcer les capacités des professionnels des médias  dans ce pays.

L‘Union européenne (Ue), à travers l’Unesco, a remis hier des équipements professionnels à l’Union de la presse gambienne et à l’université de Gambie, dans le cadre du renforcement des capacités des médias gambiens. Cet appui fait partie d’un Programme de gouvernance plus large d’un coût de 10 millions d’euros (environ 500 millions de dalasi), comprend plusieurs volets dont l’accès à la justice et à la formation juridique, la gestion des finances publiques et le journalisme et les médias.
Ce dernier volet d’un montant de 691 mille 583 euros (environ 35 millions de dalasi), va permettre de faciliter la réforme des médias en Gambie, selon un communiqué de l’Unesco, qui ont souffert de plusieurs atrocités durant le règne sanglant de Yahya Jammeh, qui éliminait toutes les voix discordantes. L’objectif de ce programme est de favoriser une meilleure gouvernance démocratique, à travers le renforcement de la liberté de la presse et l’amélioration de la qualité des informations disponibles pour le public. «Le secteur des médias est le seul à avoir les moyens de communication capables d’atteindre les décideurs et le grand public», lit-on dans la correspondance.
L’Ue promeut, par le biais de ce financement, l’excellence en matière de journalisme ainsi que les programmes innovants et  soutient l’enseignement du journalisme, qui est l’une des mesures clés nécessaires au développement d’une presse libre et indépendante. L’initiative renforce également l’égalité des genres dans les médias grâce à la sélection de groupes cibles pour les activités de formation et à travers le développement des programmes et matériels de formation. Le projet contribue aussi, informe-t-on, directement à l’amélioration des droits de l’Homme dans le pays, qui sort de 22 ans de dictature. «Les médias ayant en effet le pouvoir considérable d’influencer le discours politique d’une nation et une presse libre et ouverte étant essentielle pour une démocratie saine».
Les principaux bénéficiaires du projet sont les journaux, les radios communautaires, l’Union de la presse gambienne et l’université de Gambie. Jusqu’en juin 2017, indique le communiqué de l’Unesco, des initiatives de renforcement des capacités seront mises en place ainsi que des formations destinées aux Forces de sécurité gambienne sur la sécurité des journalistes et la liberté d’expression pour appuyer le plan d’action des Nations unies sur la sécurité des journalistes et la question de l’impunité.  Compte tenu des récents changements survenus en Gambie, une plateforme formelle de dialogue entre les médias et le gouvernement sera établie afin de soutenir la révision des cadres réglementaires existants concernant la liberté d’expression et l’accès à l’information.
ksonko@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here