PARTAGER

Le cadre stratégique de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (Cedeao) pour le renforcement des systèmes nationaux de protection de l’enfant a été adopté par les ministres en charge de cette question. Ces ministres qui étaient à Niamey dans le cadre du Forum des Premières dames de la zone ont approuvé ce document qui va permettre de prévenir et répondre aux violences, abus et exploitations des enfants.

Un pas vient d’être franchi dans la lutte pour la protection des enfants en Afrique de l’Ouest. Lors du Forum des Premières dames de la Cedeao à Niamey qui s’est tenu du 2 au 5 octobre, «les ministres en charge de la protection de l’enfance des 15 Etats membres ont adopté le cadre stratégique de la Cedeao pour le renforcement des systèmes nationaux de protection de l’Enfant». Ce document a pour objectif «de prévenir et de répondre aux violences, abus et exploitations des enfants en Afrique de l’Ouest». Selon la cellule de communication de cette organisation, en adoptant ce cadre stratégique, les ministres «s’engagent à des mesures concrètes pour protéger les enfants contre les pires formes d’abus». On ajoute qu’ils vont se focaliser «sur cinq thématiques prioritaires : les violences sexuelles, physiques et émotionnelles faites aux enfants, y compris les mutilations génitales féminines et l’excision, le mariage des enfants, le travail des enfants, l’état civil et les statistiques vitales, et enfin les enfants en mobilité».
D’après les statistiques de la Cedeao, «près de 9 enfants sur 10 en Afrique de l’Ouest subissent la discipline violente». De même, on souligne que «si le mariage des enfants existe sur tout le continent, la prévalence est particulièrement élevée en Afrique de l’Ouest : environ quatre sur dix jeunes femmes en Afrique de l’Ouest ont été mariées étant enfants». «Moins d’un enfant sur deux en Afrique de l’Ouest a un extrait de naissance, pourtant nécessaire pour pouvoir exercer son droit élémentaire à une identité. En outre, la région est le théâtre de routes de migration complexes, rendant les enfants particulièrement vulnérables à l’abus et à l’exploitation», a-t-on fait savoir. Se réjouissant de l’adoption du cadre stratégique, la commissaire de la Cedeao au Affaires sociales et du genre a soutenu que «l’adoption ministérielle mar­que une avancée majeure envers la protection des enfants dans notre région». D’après Dr Fatimata Sow, «plus que jamais, nous joignons nos forces afin d’assurer que les enfants soient protégés». «Avec le cadre et les actions appropriés, des ressources suffisantes, ainsi que les changements positifs nécessaires dans les attitudes et les pratiques, nous pouvons assurer qu’ils auront une opportunité de contribuer pleinement à nos sociétés», a-t-elle dit.
Par ailleurs, on souligne que «l’adoption du cadre stratégique sur la protection de l’enfant offre une base pour des actions conjointes sur les priorités de protection de l’enfance». Ainsi, on renseigne qu’étant donné que «les programmes en faveur des enfants sont renforcés aux niveaux national et communautaire, les engagements pris cette semaine par les ministres seront soumis pour approbation à la prochaine réunion des chefs d’Etat et de gouvernement de la Cedeao qui aura lieu en décembre 2017».
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here