PARTAGER

Le Saint-Louis basket club renforce son effectif en vue du démarrage prochain du championnat de National 1 de basket prévu le 19 décembre. Sous la houlette de son nouveau président Baba Tandian, le club fanion de la vieille ville a présenté ses nouvelles recrues, avec comme fait marquant chez les Filles, les arrivées d’une Congolaise, d’une Nigériane et d’une «Américaine».

«Quand on n’a pas ce que l’on veut, on se contente de ce que l’on a.» Cet adage, le Saint-Louis basket club (Slbc) et son président l’ont appris à leurs dépens, en tout cas pour cette saison. Le tout nouveau patron du club nordiste avait en effet très tôt déclaré son intention de miser sur le retour des meil­leurs joueurs saint-louisiens partis monnayer leur talent ailleurs pour reconquérir les titres perdus, redorer le blason du club, et en faire un club de dimension africaine. Ap­pa­remment, ce ne sera pas le cas. A défaut d’avoir pu mettre la main sur les Saint-louisiens et Saint-louisiennes, la direction du club a finalement jeté son dévolu sur d’autres joueurs dont des étrangers.
C’est ainsi que du côté des Filles, 5 nouvelles joueuses, dont trois étrangères, vont intégrer l’effectif. Il s’agit de l’internationale de la Rd Congo, Mariana Muadi, ancienne joueuse du Vita Club de Kin­shasa où elle évolue depuis 6 ans, de la Nigériane Okonkwo Grace qui vient du club Issowéla (D1 du Maroc), elle aussi a joué l’Afrobasket 2016 au Mozam­bique. Et enfin de la Sénégalo-Américaine Oumy Ndoye, une ancienne de la Jeanne d’Arc de Dakar où elle a évolué à toutes les catégories avant de se rendre aux Etats-Unis où elle a joué pendant au moins 7 ans à Lyon College, avant de revenir au pays. Le 4e renfort, c’est Marième Diop, transfuge de Don Bosco où elle jouait depuis 4 ans. Et enfin, on peut citer Amy Aïdara, transfuge de l’Ugb.
Chez les Garçons, le Slbc s’est aussi renforcé avec Papa Ndiaga Dia, un pivot qui a joué avec le club avant de rallier les rangs de l’Ugb. C’est donc un retour comme pour Pape Faye, meneur qui a évolué à la Douane, puis au Duc et qui revient après avoir cessé de jouer à cause de son affectation à Tamba. Il y a aussi Abdoulaye Sané et El Hadji Alioune Khouma, tous deux de l’Asc Thiès, de Gua De Baros Bemba de la Guinée et Babacar Fall en provenance de Tamba.
Baba Tandian a été très clair dès le début. Ses ambitions sont donc affichées. Il veut faire du Slbc le meilleur club du Sénégal et l’un des meilleurs d’Afrique. Il a cependant reconnu n’avoir pas atteint ses objectifs de recrutement pour la présente saison. La question qu’on se pose maintenant, c’est de savoir s’il pourra les atteindre juste après son élection à la tête du club le 8 mars dernier. «Mon ambition, je le dis haut et fort, au-delà de cette année entamée, je veux tout et tout», avait déclaré Baba Tandian. Il avait souligné que ça n’aura pas de sens si le club n’a pas de grandes ambitions et ne gagne pas, alors que le maire s’apprête à construire un Palais des sports. «Saint-Louis ne doit pas être en reste au moment où le Sénégal est sur la rampe du développement sur le plan sportif», avait ajouté l’ancien président de la Fédé de basket qui avait promis de s’appuyer sur le centre de formation de Saint-Louis, qui sera doté de moyens, et sur le retour de tous les joueurs de Saint-Louis pour construire un club fort de dimension africaine. Apparem­ment cette dernière option risque d’être différée.

Remaniement attelages techniques : Sur fond de malaise…

Il faut aussi noter que sur les bancs, il y a eu beaucoup de mouvements. L’entraîneur titulaire des filles Birahim Gaye, dit «Birou», pressenti pour conduire l’équipe, a été remercié et remplacé par Malick Bachir Diop qui fait son come-back. Selon certaines indiscrétions, ce dernier aurait été préféré à «Birou» grâce au rôle important qu’il aurait joué pour faciliter l’arrivée de certains joueurs.
Chez les garçons, Ndiaga Lô, qui a coaché les garçons de l’Ugb lors de la saison 2019-2020, revient sur le banc du Slbc après avoir quitté le club en début de saison à cause d’un différend avec le président sortant Alioune Badara Diop.
Ces choix n’ont cependant pas fait l’unanimité et auraient même provoqué un malaise dans l’attelage technique. Du coup, Moustapha Sall, jusque-là Directeur technique, aurait pris ses distances même s’il n’est pas pour le moment remplacé. Le malaise serait d’ailleurs plus profond, car les dirigeants du club n’auraient pas également compris le fait qu’à chaque fois qu’un joueur a été approché pour signer son retour, rapidement son contrat a été renouvelé par son club, une manière de le bloquer. Cette situation s’expliquerait, selon certains, par le fait que des taupes s’évertueraient à faire de sorte que les démarches entreprises par le club pour renforcer l’effectif n’aboutissent pas. Une façon de saborder le nouveau projet.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here