PARTAGER

Les travaux de rénovation et de restauration de la gare de Dakar, qui devrait servir de gare de départ du Train express régional (Ter), semblent avancer allègrement. Les passants qui empruntent le bras qui conduit au nouveau Musée des civilisations noires et au Grand Théâtre national ont souvent l’occasion de voir des travailleurs s’affairer à différentes tâches sur le site. Pourtant, des informations recueillies sur place semblent indiquer des doutes quant à la finalisation de certaines étapes importantes des travaux.
Ainsi, il semblerait qu’un sérieux retard a été enregistré dans le processus d’électrification du bâtiment. Or, l’entreprise qui conduit les travaux de rénovation de la gare n’est pas responsable de l’électrification qui a fait l’objet d’un contrat à part, M2, qui a été gagné par le groupe Engie/Thales.
Au moment où ce groupe peine à tenir ses délais, posant de doutes sérieux quant à la livraison d’un bâtiment électrifié à la date du 14 janvier 2019, au moment où le chef de l’Etat viendra visiter le chantier, d’autres parts des travaux semblent se dérouler sans difficulté.
Ainsi, la réalisation du parvis et des dalles est bien avancée ainsi que le second œuvre, à savoir carrelage, faux plafond ou climatisation. Les 3 ascenseurs et les 2 escaliers mécaniques sont déjà mis en place. Les entreprises locales n’ont pas non plus été négligées. Elles ont pu gagner des marchés importants, portant entre autres sur la céramique de façade, le mobilier intérieur ou même l’horloge du parvis.
Quand on songe qu’une bonne partie du Ter va fonctionner grâce à de l’énergie électrique, il est assez paradoxal que la gare continue de ne pas être raccordée à cette ressource. Face aux inquiétudes que soulève cette question, le seul espoir est que l’Apix, organisme qui supervise tous ces travaux, mette tout en œuvre pour que les choses se passent au mieux et que Macky Sall soit satisfait de sa prochaine visite sur les lieux.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here