PARTAGER

Distribuant des fournitures scolaires aux 22 établissements de sa commune, le maire de Thiès-Nord, Lamine Diallo, estime faible le fonds de dotation à lui alloué par l’Etat. Surtout que les établissements scolaires de sa commune sont confrontés à un réel problème de blocs sanitaires et de tables-bancs.

Pour le maire de Thiès-Nord, Lamine Diallo, le fonds de dotation que l’Etat a octroyé à sa commune pour l’éducation est trop faible. «Nous avons reçu un fonds de dotation de 34 millions F Cfa. Sur cette enveloppe, seulement 9 millions F Cfa ont été octroyés à l’éducation. C’est vraiment dérisoire», s’indigne le maire au cours d’une cérémonie de remise de fournitures scolaires aux 22 établissements de sa commune. Il fera noter : «Nous pensons que si nous voulons vraiment réussir le pari de l’émergence, il faut miser sur la formation de nos enfants afin de les préparer aux combats de demain. Lesquels combats ne peuvent être réussis sans l’éducation.» Le premier magistrat de la commune de Thiès-Nord trouve «inacceptable qu’au moment où nous parlons de l’émergence, des écoles fonctionnent avec des abris provisoires». Pis, poursuit-il, «d’autres ne disposent pas de blocs sanitaires encore moins de tables-bancs en ce 21e siècle où nous parlons d’émergence». Et de s’étrangler : «Le Sénégal devrait dépasser ce stade. L’enseignement généraliste ne crée que des chômeurs et autres demandeurs d’emplois alors que l’enseignement professionnel favorise des créateurs d’emplois.»
A sa suite, le porte-parole des directeurs d’école élémentaire de la commune de Thiès-Nord, Moustapha Diop, estime que «des efforts ont été faits, mais ce n’est pas suffisant». Selon lui, le principal problème demeure le manque de blocs sanitaires dans beaucoup d’établissements scolaires. «Dans certaines écoles, il n’y a même pas de blocs sanitaires. Les élèves sont obligés d’aller dans les habitations voisines pour se soulager», révèle-t-il. A cela s’ajoute le problème majeur de déficit de tables-bancs. «Il n’y a pas assez de tables-bancs. J’ai vu des élèves s’asseoir à même le sol, sur des nattes pour apprendre. La première fois que je l’ai vu, je n’en revenais pas. Dans certaines zones, on trouve 80 élèves ou plus dans une salle de classe qui ne dispose que de 20 tables-bancs. Le maire a offert 210 tables-bancs, mais c’est une goutte d’eau dans la mer», dit-il.
Au-delà, le maire de la commune fera savoir que «rien n’empêche que le slogan ‘’Ubi tey jang tey’’ puisse se concrétiser au niveau de sa commune». Puisqu’en plus des 9 millions de F Cfa de l’Etat du Sénégal, sa mairie a injecté 27 millions de F Cfa dans les établissements de Thiès-Nord pour mettre les jeunes apprenants dans les conditions optimales pour la rentrée 2017-2018.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here