PARTAGER

La Coordination des étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey a boycotté la reprise des cours, arrêtés depuis près de 6 mois à cause de la pandémie du coronavirus.

«Après avoir pris connaissance du plan de reprise retenu par l’Administration, la Coordina­tion des étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey (Uadb) est dans la profonde désolation de constater que malgré toute la flexibilité dont elle a fait preuve, ses suggestions ne sont pas prises en compte», regrette-t-elle. Elle précise : «Nous ne sommes pas contre une reprise graduelle des enseignements, contrairement à ce que l’autorité veut faire croire à l’opinion. La Ce-Uadb demande à tous les étudiants de ne pas rallier les campus jusqu’à ce que l’Admi­nistration décide de se prononcer de façon claire sur le sort des étudiants et de fournir un plan de reprise satisfaisant.» Au final, les étudiants ont décidé de boycotter la reprise des cours en exécutant leurs menaces.

«Une reprise officielle, mais pas effective»
Les étudiants de l’Uadb et les autorités administratives ne parlent toujours pas le même langage que le rectorat sur cette reprise graduelle des cours. Le recteur de l’Université, Professeur Mahy Diaw, espère un dégel pour permettre un achèvement de l’année universitaire fortement perturbée par le coronavirus. «Par rapport à la reprise, nous avons noté que les étudiants ne sont pas venus aux cours ce matin (hier), bien que le démarrage soit fixé pour aujourd’hui (hier). Malgré tout, ils n’ont pas décrété de mot d’ordre de grève. Donc je pense qu’ils reviendront pour l’effectivité des enseignements dans l’institution», espère le recteur. Pr Diaw juge la situation déplorable «d’autant plus que toutes les dispositions ont été prises pour permettre aux étudiants de reprendre dans les meilleures conditions d’études. La reprise est officielle d’autant plus que les autorités ont pris toutes les dispositions. Le corps enseignant est là».
Il faut aussi noter que la Coordination des étudiants de l’Université Alioune Diop de Bambey, dirigée par Mouha­madou Sarr, a décidé de laisser l’Ufr santé et développement communautaire, installée à Diourbel, reprendre les cours. Sur place, les agents de la Croix-Rouge sont présents pour faire respecter les mesures barrières indispensables dans la lutte contre la propagation du Covid-19. Les salles de cours et les bureaux de l’Administration sont rouverts et le restaurant a servi le petit-déjeuner. Président de la Commission sociale des étudiants de l’Uadb, Noël Nicole Tendeng justifie les raisons de cette reprise au niveau du site de Diourbel. «Nous, Coordination des étudiants de l’Uadb, avons boycotté la reprise graduelle. Nous voulons une reprise globale, contrairement à ce que les autorités déroulent présentement. Cependant, nous avons permis aux étudiants de l’Ufr santé et développement communautaire de reprendre ses cours pour leur permettre de terminer leurs nombreuses matières dans le temps imparti», clarifie-t-il.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here