PARTAGER

Pour le ministre du Commerce Alioune Sarr, des actions essentielles sont en train d’être déroulées depuis quelque temps et qui visent essentiellement à réorganiser la filière anacarde pour accompagner son développement. Il en veut pour preuve l’enclenchement du processus pour la mise en place de l’interprofession de la filière anacarde qui concerne l’ensemble des acteurs de la filière ; du collecteur à l’exportateur. Lors de ce Crd spécial, le ministre du Commerce a plaidé pour la mise en place de cette interprofession qui est essentielle dans le dispositif. Elle doit être l’interlocutrice du gouvernement en vue d’avoir des résultats. «Cela permettra de clarifier les responsabilités de chacun et de renforcer l’efficacité dans le sens de nos actes», soutient-il. Et Alioune Sarr de prendre l’exemple de la Côte d’Ivoire qui a réussi ce pari et qui, en 2013, a fait cette réforme sur l’anacarde. «En Côte-d’Ivoire, la production est passée de 560 mille tonnes en 2014 à 715 mille tonnes en 2017. Et ce, avec un chiffre d’affaires estimé à 441 milliards de francs Cfa réparti entre les producteurs», a indiqué Alioune Sarr. Pour qui l’organisation est critique et essentielle pour avoir des résultats.
Dans la même veine, le ministre du Commerce a, en guise de recommandations, proposé et obtenu du Crd la mise en place d’un Comité de commercialisation de l’anacarde qui va regrouper les ministères du Commerce, de l’Agriculture, de l’Environ­nement et de l’Industrie, l’ensemble des acteurs de la chaîne des valeurs, de même que les intermédiaires. Un comité qui aura pour obligation de moderniser la filière afin de permettre aux acteurs de vivre de leur travail. Et pour Alioune Sarr, ce comité fixera les conditions de commercialisation et déterminera les mécanismes de régulation des exportations. Il produira, en outre, un protocole d’accords signé par tous les acteurs tous les ans et dont les engagements seront respectés par tous. «Ce comité définira les points d’exploitation de l’anacarde au niveau de la région. Et dès la campagne prochaine, l’exportation se fera au port de Ziguinchor afin qu’on puisse créer des emplois, en plus de la valeur ajoutée», a-t-il indiqué.
imane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here