PARTAGER

La Commission d’enquête parlementaire sur les 94 milliards a blanchi l’ancien directeur des Domaines et chargé son accusateur Ousmane Sonko. Le leader de Pastef en déduit que ladite commission a «menti» et attend la plainte de Mamour Diallo.

C’est depuis Ziguinchor où il était en tournée ce week-end que le président de Pastef a réagi aux conclusions du rapport de la Commission d’enquête parlementaire sur l’affaire des 94 milliards. Un rapport qui lave Mamour Diallo et accuse Ousmane Sonko d’avoir «violé» la loi. «La commission a menti quand elle dit que Mamour Diallo n’a aucune responsabilité. Car la première responsabilité de Mamour Diallo, c’est d’avoir établi un acte d’acquiescement ; et ce, sur la base de faux. Meïssa Ndiaye est tenu par l’acte d’acquiescement établi et signé par Mamour Diallo qu’il a consigné ; un acte qui lui donne instruction pour procéder au paiement», a insisté le leader de Pastef lors d’un point de presse. «C’est le cas du décret d’expropriation qu’il a cité qui n’a jamais exproprié la famille Ndoye et qui ne pourrait donc profiter à Tahirou Sarr. Le décret a plutôt exproprié la Saim independance et non pas la famille Ndoye. Venir reconnaître une créance à la famille Ndoye sur la base d’un décret qui exproprie Saim independance, c’est le premier faux de Mamour Diallo. Et nous rendrons publics tous ces documents puisque maintenant le rapport est sorti», a promis Ousmane Sonko. Il se dit désolé que «l’Assemblée nationale tout comme la Commission d’enquête parlementaire aient menti de manière aussi flagrante sur des choses qu’on peut démonter le lendemain avec des documents à l’appui».

«Le cirque terminé, j’attends impatiemment la plainte de Mamour Diallo»
En outre, il trouve «très grave» que l’Assemblée nationale ait voulu blanchir l’ancien directeur des Domaines de la complicité du délit d’escroquerie de deniers publics. Il invite par conséquent tous les Sénégalais à se lever et à dire non et promet de rendre public prochainement le document afférent à l’acte d’acquiescement. «Maintenant, il faut aller en justice puisque le cirque est terminé et j’attends impatiemment que Mamour Diallo porte plainte», dit-il. Et s’il est aujourd’hui prêt à aller au procès avec Mamour Diallo, il n’en demeure pas moins que Ousmane Sonko met en garde contre toute «supercherie que tenteront les autorités pour fausser les règles du jeu». Et d’avertir : «Je ne me laisserai pas emprisonner sur la base de roublardise.»

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here