PARTAGER

Après la section Synpics du quotidien Le Soleil, c’est au tour du Syndicat des travailleurs de la Société sénégalaise de presse et de publication (Sspp), affilié à la Confédération nationale des travailleurs du Sénégal (Cnts), d’apporter la réplique au Synpics, Cored et la Convention des jeunes reporters du Sénégal (Cjrs). «Ce communiqué fait de manière cavalière, et rempli de contre-vérités opposées au Directeur général de la Sspp, est un flagrant manque de respect à l’endroit de tous les syndicalistes de la Sspp, qui n’ont jamais ménagé leurs efforts pour la défense des droits et acquis des travailleurs de l’entreprise», réagissent les syndicalistes sur ce qui est convenu d’appeler l’affaire Dié Maty Fall. Et de renchérir : «Il est important de rappeler les faits et rien que les faits qui ont été galvaudés et maquillés dans cette «fausse affaire Dié Maty Fall». L’écrasante majorité des travailleurs de la Sspp sont témoins oculaires des incessants actes d’insubordination, de refus de travailler et d’atteinte à l’autorité de ses supérieurs au passif de cet agent. Toutes choses qui lui ont déjà value avertissements verbaux, demandes d’explication, et finalement une mise à pied de sept jours, le 12 octobre 2020, suite à une demande d’explications de son chef de service, le 8 octobre 2020, pour refus de travailler et absence à la réunion de rédaction.»
Ils déclarent que «le Synpics, le Cored et la Cjrs soutiennent dans leur communiqué que la Direction générale de la Sspp a royalement ignoré l’expression via un mail par madame Dié Maty Fall, le 3 septembre 2020, de sa clause de conscience, et qu’elle a été sanctionnée par avoir accusé un retard de trente minutes. Cela relève d’une double contre-vérité». Et tous ces faits, disent-ils, renseignent sur «la volonté manifeste» de madame Dié Maty Fall et des auteurs du communiqué conjoint d’avant-hier (jeudi) de porter atteinte à l’image de leur entreprise et à celle du Directeur général, Yakham Mbaye, et des syndicalistes.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here