PARTAGER

Le ministère de l’Enseignement supérieur va mettre à la disposition des acteurs, pour la reprise des cours en présentiel, un million de masques. C’est l’information donnée hier par le conseiller technique dudit ministère, Pr Moustapha Sall. Seulement pour le secrétaire général du Sudes /Esr, la distanciation physique, qui est un point important du protocole sanitaire, ne pourra pas être respectée dans les universités. Pour lui, les conditions pour la reprise des cours dans les universités ne sont donc pas réunies.

Les étudiants devront rejoindre les amphis le 1er septembre prochain pour continuer l’année universitaire 2019-2020 dont les cours ont été suspendus depuis le mois de mars à cause du coronavirus. Hier, le conseiller technique au ministère de l’Ensei­gnement supérieur, Pr Mousta­pha Sall, a fait savoir que des dispositions sont prises pour le respect du protocole sanitaire. Selon M. Sall, le ministère mettra à la disposition des universités «un million de masques». D’après lui, cela équivaut à «6 masques lavables et réutilisables par acteur (les Pats, les Pairs et les étudiants)». De même, il soutient qu’au «niveau des universités, les doyens sont en train d’acquérir du gel hydro-alcoolique et des thermo-flashs, et c’est pareil au niveau des Crous» où les responsables «ont aussi travaillé en intelligence avec les étudiants». A en croire Pr Moustapha Sall, la réunion tenue avec «l’ensemble des recteurs et responsables des Centres régionaux des œuvres universitaires et sociales montre clairement que toutes les autorités s’inscrivent dans la dynamique de la reprise». Les assurances de ce responsable au ministère de l’Enseignement supérieur sont loin de convaincre le secrétaire général du Sudes/Esr. Pour Dr Oumar Dia, «les conditions ne sont pas réunies». Selon le syndicaliste, «ce qui avait motivé la fermeture des universités au mois de mars dernier, c’était la nécessité de contenir la propagation du virus, de maîtriser la pandémie». Et c’est loin d’être le cas aujourd’hui. Selon lui, il faut que les risques de contamination soient minimisés le maximum possible en se conformant au protocole sanitaire défini par les professionnels de la santé. Rappelant les éléments clés dudit protocole, Dr Dia souligne que «dans nos universités il n’y a pas possibilité de respecter la distanciation physique et d’éviter les rassemblements» alors que ce sont des points importants pour éviter la propagation du virus. Il attire l’attention d’ailleurs sur le fait que «les étudiants de toute façon, on les accueillera par milliers dans des amphithéâtres pour dispenser des enseignements». Pour Dr Dia, «quand un seul élément manque au protocole sanitaire, il est invalide en réalité».

Aucune mesure pour permettre aux universités d’être
résilientes dans le contexte actuel
Analysant la situation actuelle dans les universités, le syndicaliste soutient que le gouvernement n’a pas fait grand-chose pour permettre «aux universités d’être résilientes dans le contexte actuel où il faut continuer de former et enseigner dans une situation d’urgence». Le secrétaire général du Sudes/Esr informe avoir alerté «le gouvernement depuis le mois de mars» sur l’urgence de s’adapter «pour continuer à dispenser des enseignements». Selon Dr Oumar Dia, il fallait «doter les universités de moyens extrêmement importants, terminer les infrastructures, pour avoir beaucoup d’espace dans les universités permettant le respect de la distanciation physique». Dans la même dynamique, il estime qu’il fallait «investir sur le plan de la logistique pour tester ce qu’allait donner l’enseignement à distance». Et aussi, ajoute-t-il, «recruter un nombre suffisant d’enseignants pour permettre de s’adapter à cette situation, parce que si en présentiel un enseignant peut délivrer des enseignements à 3 000 étudiants dans un amphithéâtre, en ce moment ce n’est pas possible. Il faut former des groupes de 10 ou 15 étudiants. Cela multiplie le besoin en nombre d’enseignants». Mais, regrette le secrétaire général du Sudes/Esr, «tout cela n’a pas été fait».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here