PARTAGER
Cheikh Mbow, Coordonnateur national de la Cosydep.

La Cosydep a élaboré cinq scénarii pour reprendre les cours académiques, suspendus depuis le mois de mars, afin de sauver le calendrier scolaire. La coalition prône la satisfaction de conditions psychosociales, sanitaires, logistiques et pédagogiques aux apprenants et aux enseignants.

wA moins d’un mois de la reprise annoncée des cours, les questions sur son effectivité sont agitées dans le landerneau scolaire. La Coalition des organisations en synergie pour la défense de l’éducation publique (Cosydep) a élaboré cinq scénarii de redémarrage des enseignements pour sauver le calendrier scolaire, fortement menacé par la pandémie du coronavirus. Cette coalition pour l’éducation indique s’être fondée sur des préalables, des conditions, des projections et des hypothèses qui restent tributaires de l’avis des experts scientifiques et médicaux. «Dans le sens d’opérationnaliser l’orientation politique retenue, la période qui nous sépare de la reprise doit être pleinement mise à profit en termes de dispositions anticipatoires à prendre», recommande la Cosydep dans un communiqué.
D’abord, elle conseille de sécuriser les établissements, en tant que patrimoine, en renforçant les services de gardiennage et en assurant le paiement des factures d’eau et d’électricité.
Le nettoyage et la désinfection systématiquement de tous les établissements en amont et chaque soir à partir de la reprise et la mise à disposition d’un fonds destiné à l’accompagnement du processus de reprise (thermo-flash, dispositifs de lavage des mains, produits d’hygiène, masques, création et/ou fonctionnalité de blocs sanitaires, guide de résilience, etc.), sont recommandés.
Les acteurs proposent aussi d’organiser rapidement le retour des enseignants à leur poste de travail et leur faire subir le test du Covid-19, mais aussi d’organiser le transport et le déplacement des élèves et enseignants vers leurs lieux d’études, en prenant en compte les gestes barrières. «Définir un plan de mouvement des apprenants notamment entrée à l’école, cour de récréation, taille de la classe avec un élève par table banc, sortie de l’école. Définir un plan d’hygiène incluant le lavage régulier des mains, le respect de la distanciation sociale, le respect des gestes-barrières», liste la coalition.
Elle recommande de mettre à disposition un personnel d’accompagnement au niveau de chaque Inspection de l’éducation et de la formation (Ief), notamment des assistants sociaux, psychologues conseillers, agent de santé, … en impliquant les collectivités territoriales et les organisations communautaires.
Il s’agit aussi de prévoir un dispositif opérationnel de prise en charge de toute urgence signalée et d’assurer une prise en charge spécifique des enseignants et apprenants malades chroniques, diabétiques, hyper-tendus, … qui ne doivent en aucun cas s’exposer devant cette crise.
Faudrait-il en outre éviter d’enfermer tout le système dans un même cadre temporel en faisant de sorte que chaque académie s’organise pour prendre en compte ses spécificités mais accompagner systématiquement les apprenants des classes intermédiaires, quel que soit le scénario retenu.
Par ailleurs, la Cosydep demande de garantir une préparation psychosociologique rassurante par des stratégies de communication (avant et pendant la reprise) en direction des parents, des élèves et de leurs enseignants en vue d’avoir leur adhésion au scénario retenu.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here