PARTAGER

Les responsables de l’Us Ouakam, qui vient d’être lourdement sanctionnée par les instances du football sénégalais, ne veulent pas que leur club soit seul à subir l’opprobre de la vindicte populaire. Tout en acceptant du bout de lèvres la sanction qui les vise, ces gens ont voulu entraîner les forces de police dans la responsabilité du drame du samedi 16 juillet. Comme si c’étaient les «lacrymo» qui étaient à la base du mouvement des populations ! A ce train, on se demanderait presque pourquoi Uso accepte alors d’être suspendue ? Il suffirait de faire porter tout le chapeau aux flics, et le tour serait joué. Et alors, le procureur Bassirou Guèye, démenti une fois de plus, serait obligé de se taire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here