PARTAGER

Le Sénat français déclare dans un communiqué avoir approuvé à l’unanimité de ses membres la restitution de biens culturels au Bénin et au Sénégal. Il a donné son feu vert à cette restitution en adoptant un projet de loi qui, selon la rapporteuse Catherine Morin-Desailly, «vise à faire sortir 27 biens culturels des collections nationales, afin de permettre leur restitution au Bénin et au Sénégal qui les ont réclamés respectivement en 2016 et en 2019». Le communiqué publié sur le site internet de cette institution française rappelle que «ces biens sont arrivés en France comme prises de guerre».  D’après Catherine Mo­rin-Desailly, le sabre que le projet de loi vise à rendre au Sénégal aurait été confisqué à Amadou Tall, le fils d’e El Hadj Omar Tall, par le général Archinard après la prise de Bandiagara en 1893. Le sabre est dans les collections du musée de l’Armée en 1909, à la suite d’un don du général Archinard. Pour le Bénin, il s’agit de 26 objets destinés à être rendus. Ils proviennent du Palais royal d’Abomey. Il s’agit de statues, de portes en bois sculptées, d’autels portatifs, de trônes, de sièges, d’un métier à tisser, d’un fuseau, d’une tunique, d’un pantalon de soldat et d’un sac en cuir. «Ces objets ont été emportés en 1892 par le général Dodds, commandant des Armées coloniales françaises, dans le cadre de la guerre du Dahomey qui l’opposait au roi Béhanzin. Ils sont aujourd’hui au musée du Quai Branly-Jacques Chirac, à Paris», précise le communiqué. Selon le texte, le Bénin et le Sénégal considèrent qu’«il s’agit de pièces particulièrement symboliques au regard de leur patrimoine, leur culture et leur histoire». Les 26 objets béninois font partie du trésor de Bé­hanzin, dernier roi d’Abomey. Quant au sabre, il provient de la famille de El Hadj Omar Tall qui est considéré au Sénégal comme la figure du résistant africain à la conquête occidentale et à la colonisation. Cette nouvelle loi adoptée par le Sénat vient s’ajouter à celle de l’Assemblée nationale française du 6 octobre 2020.
Aps

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here