PARTAGER
Amadou Diaouné, Sg du Sudes

«Ces derniers jours, dans de nombreux lycées de Dakar, les enseignants victimes du retard de paiement des indemnités du bac ont observé des arrêts de travail en guise de protestation pour réclamer leur dû. En effet, les enseignants omis   recensés dans les trois académies de Dakar font légion», informe le Sudes/Enseignement moyen-secondaire général (Sudes/­Emsg). Dans un communiqué publié hier, le syndicat dénonce avec «vigueur le dépas­se­ment des dates consensuelles pour le paiement des indemnités de déplacement et de correction du baccalauréat session 2017/2018». Il exprime toute sa solidarité aux enseignants en lutte pour le respect de leur droit et annonce qu’il «ne saurait accepter des dysfonctionnements et le mode opératoire sélectif et partiel qui pénalisent injustement les enseignants». «Certains bénéficiaires ont reçu soit les frais de déplacement, soit les frais de correction. Pour d’autres, leurs banques de domiciliation refusent de s’exécuter car le Trésor public n’a envoyé que des états sans la mise en place de la provision y afférente», affirme le syndicat, qui rappelle à l’Etat les termes du protocole signé : la date limite fixée pour le paiement des indemnités d’examen est le 30 novembre de chaque année. «C’est pourquoi, le Sudes/Emsg tient le gouvernement pour seul responsable des perturbations notées à Dakar et à Rufisque. Et si le retard persiste, le Sudes/Emsg engagera la lutte aux côtés des enseignants en lutte pour rentrer dans leur droit», met en garde le Bureau exécutif national du syndicat.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here