PARTAGER

A l’occasion de la 9e As­semblée consultative des parlementaires sur la Cour pénale internationale (Cpi)  et l’Etat de droit qui s’est tenue hier à Dakar en marge du 38e Forum annuel de l’Action mondiale des parlementaires (Pga), le président de l’Assemblée nationale, Mous­tapha Niasse, parlant des trois pays africains (Gambie, Burundi et Afrique du Sud) qui ont décidé de se retirer de la Cpi, les a invités à rester ensemble face au péril complexe et aux menaces nouvelles qui planent sur le monde. «On ne doit pas s’offusquer ou s’inquiéter de leur vo­lon­té de quitter l’œuvre commune, mais il nous faut prendre no­tre bâton de pèlerin et les convaincre de rester  tous en­semble», a demandé M. Niasse. Pour lui, la diplomatie est une chose complexe, raison pour laquelle il n’a pas cité le nom des pays récalcitrants, mais souligne qu’ils ne sont pas encore sortis. «Ils ont simplement manifesté leur souhait de se retirer de la Cpi. On veut, avant qu’ils ne sortent, discuter avec eux pour les convaincre de rester», a-t-il dit.
Par ailleurs, le 38e Forum annuel de l’Action mondiale des parlementaires (Pga) a permis aux parlementaires d’échanger sur le droit, la loi, les organismes juridiques qui protègent les droits des citoyens et les mesures de répression par voies judiciaires qui ont permis de régler les infractions et les crimes qui peuvent être commis dans l’activité humaine. Dans ce cadre, pour le procureur de la Cpi Fatou Bensouda, les parlementaires doivent continuer à inciter les autres pays à ratifier la convention de Rome. Parce que «cela va éviter certains préjugés qui disent que la Cpi fait de la discrimination». Ainsi, au cours de leurs deux jours d’échanges, les parlementaires vont travailler sur le rôle de la Cpi dans la consolidation de la démocratie, l’organisation des systèmes et des mécanismes de protection des droits de l’Homme et de la femme ainsi que de l’enfant. Ils vont aussi statuer sur la démarche de la Cpi pour voir comment prévenir et punir les crimes de masse.
msfaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here