PARTAGER

Aux difficiles conditions d’inscription, s’ajoute la non disponibilité de la carte biométrique. Alors que la date de retrait est bien mentionnée sur le récépissé.

Le retrait de la carte biométrique et d’électeur est un autre casse-tête que doit vivre le citoyen qui s’est déjà inscrit. Ce, après des couacs notés dans les inscriptions, avec, pour certains, des nuits blanches passées. Et pourtant, sur les récépissés, figure la date prévisionnelle de retrait qui, naturellement, incite les inscrits à se pointer devant les commissions tous les jours. Mais voilà qu’aujourd’hui que même ceux qui ont déposé il y a plus d’un mois n’ont pas vu la couleur de la carte Cedeao. Chaque jour, ce sont des va-et-vient devant les commissions. «C’est inadmissible», selon les populations rencontrées à la préfecture de Guédiawaye, la première installée dans la banlieue. D’aucuns en sont même découragés et préfèrent attendre les commissions décentralisées. Moussa Guèye, un habitant de Guédiawaye exprime toute sa désolation : «On m’avait donné rendez-vous aujourd’hui (di­man­che 27 novembre). Mais on m’a fait savoir que la pièce n’était pas encore disponible. Lorsque je leur ai demandé quand est-ce qu’elle sera disponible, ils m’ont fait savoir qu’ils n’en avaient aucune idée.»
Les responsables de la commission n’ont pas non plus une réponse à la non disponibilité de la carte biométrique et d’électeur. «Nous sommes désolés, même nous qui sommes les premiers à s’inscrire, nous n’avons pas encore obtenu ni vu nos pièces d’identité biométrique. Nous n’en savons pas grand-chose. Seul le ministre de l’Intérieur  peut répondre à votre question», a dit un des membres de la commission. Une réponse qui inquiète ceux qui étaient venus tôt le matin retirer leurs cartes et massés dans le hall de la préfecture. «Ce n’est pas possible ! Il y a des centaines de personnes qui viennent défiler chaque jour pour le retrait. Mais la commission n’est même pas en mesure de pouvoir vous donner une date. Tout ce qu’ils nous disent, c’est de passer dans les jours à venir. C’est regrettable !» En attendant, les inscriptions se poursuivent dans les autres centres ouverts à Djiddah Thiaroye Kao, Wakhi­nane Nimzatt, Mbao et autres.
latifmansaray@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here