PARTAGER

Les opérations de retrait des enfants de rue reprennent aujourd’hui, a annoncé hier le ministre chargé de l’Enfance, Mme Ramatoulaye Guèye Diop. Elle était en compagnie de son homologue de l’Intérieur qui en a profité pour faire le point sur la situation des cas de rapts d’enfants.

Le ministre de l’Intérieur a tenu à clarifier les choses hier, sur la question des rapts d’enfants. Il a déclaré que les trois derniers mois, «nous sommes à 3 meurtres, la fillette de Mbao qui a été violée et tuée, le cas de Fallou Ba de Keur Niang à Touba, et le dernier cas de Fallou Diop à Rufisque. Tous ces trois cas pour lesquels les investigations sont en cours du côté de la gendarmerie et de la police». En dehors de ces trois cas avérés, M. Aly Ngouille Ndiaye va préciser que d’autres cas leur avaient été signalés, qui se sont avérés sinon des canulars, du moins des cas non avérés.
«Pas plus tard qu’hier, pendant qu’on était en réunion, on nous signale le cas de quelqu’un aperçu avec un enfant, et la foule en furie s’est mise à ses trousses. Il s’est trouvé à l’arrivée que c’était quelqu’un à qui on avait confié un talibé. Il y a deux mois aussi, il y a une jeune fille qui avait été déclarée disparue, même sur les ondes de la radio. Mais en fait, elle avait juste fuguée, et on l’a retrouvée le lendemain.»
Le ministre de la Bonne gouvernance et de l’enfance, Mme Ndèye Ramatoulaye Guèye Diop, de son côté, a annoncé que les opérations de retrait des enfants de la rue vont reprendre. Et ce, dès aujourd’hui. Elle a souligné qu’un travail de recensement avait été fait pour identifier les goulots d’étranglement avant d’entamer une seconde phase de retrait. «Ce ne sera pas en une seule phase, mais de façon progressive.» En coordination avec d’autres ministères concernés. Parmi lesquels ceux de l’Intérieur, de la Justice, de la Santé et celui des Collectivités locales. «Nous sommes dans une coordination, et nous voulons mutualiser nos efforts pour réussir ces retraits». Les jeunes talibés retirés de la rue seront en un premier temps logés dans les daaras internats avant d’être ramenés à leur famille.
Les enfants en rupture avec leur famille seront conduits dans des centres d’accueil, où se fera le tri avant d’être retournés dans leur foyer, a-t-elle ajouté. Le budget du retrait des enfants sera complété par l’apport des Organismes chargés de la protection de l’enfance, a précisé le ministre Guèye Diop.
mgueye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here