PARTAGER

Macky Sall et Idrissa Seck se sont retrouvés hier à la Maison du Parti socialiste dans le cadre de l’hommage à feu Ousmane Tanor Dieng. A l’endroit de son «aîné», le président de la République a souhaité que les «contradictions soient dissoutes dans l’unité autour de la grandeur de notre Nation».

Tout de blanc vêtus, Macky Sall et Idrissa Seck se serrent chaleureusement la main dans une parfaite cordialité. Sourire assez contenu de part et d’autre, ils échangent quelques civilités. L’instant est rare. L’assistance mobilisée à la Salle du congrès de la Maison du Parti socialiste ne s’y trompe pas. Composée de centaines de personnes, elle se lève pour copieusement ovationner la scène d’une dizaine de secondes entre Macky Sall et Idrissa Seck. Décédé le 15 juillet dernier, Ousmane Tanor Dieng a été célébré hier par son parti. Le président de la République en a profité pour faire un clin d’œil au leader de Rewmi, son adversaire. «Tanor a eu le respect de tous les chefs de l’Etat. De Senghor qui l’a identifié et appelé auprès de lui, de Abdou Diouf que je salue au passage qui en a fait son premier collaborateur, je peux témoigner que le Président Abdoulaye Wade, qui bien que n’étant pas du même bord que lui, avait beaucoup de respect et de considération pour le président Ousmane Tanor Dieng. Le Premier ministre Idrissa Seck peut en témoigner», a déclaré Macky Sall sous le regard de Idrissa Seck qui acquiesce d’un signe de la tête.

«Au-delà de la diversité de nos trajectoires, nous avons en commun
ce pays»
Le temps pour Macky Sall de poursuivre son opération-séduction à l’égard de celui qu’il a battu il y a un an jour pour jour. «Je salue mon cher aîné Idrissa Seck, mon frère Malick Gakou et tous les autres. Je voudrais vous dire qu’au-delà de la diversité de nos trajectoires, nous avons en commun la seule et grande référence qui est ce pays, le nôtre, cette terre de nos ancêtres. Il faut bien que toutes les contradictions soient dissoutes dans l’unité autour de la grandeur de notre Nation», dit le chef de l’Etat. En écho, la secrétaire générale du Ps appelle tous les acteurs de la Nation à une «introspection pour que la paix règne dans notre pays et dans notre sous-région marquée par des conflits». Aminata Mbengue Ndiaye plaide pour des concertations entre tous les acteurs sur les questions à enjeu national. Une brèche ouverte à Macky Sall qui en profite pour lancer encore quelques messages à l’opposition. «Que nous soyons dans la majorité et dans l’opposition, la vie, ce sont des alternances et nous devons être capables de garder la sérénité et la dignité ! Ceux qui sont dans l’opposition peuvent demain accéder au pouvoir et vice-versa», dit-il fixant du regard Idrissa Seck et Cie.

Idy salue «l’élégance» de Tanor vis-à-vis de ses adversaires
Interpellé à la fin de la rencontre, Idrissa Seck n’a pas souhaité se prononcer sur les propos du président de la République. «On est dans le temps du deuil. La politique, c’est après», décline-t-il poliment avec un sourire. La présence de l’opposition a aussi été l’un des faits marquants de la journée. Au-delà de Idrissa Seck et Malick Gakou, Cheikh Hadjibou Soumaré ou Issa Sall du Pur ont rehaussé de leur présence la dimension de la journée d’hommage au défunt maire de Nguéniène. D’autres ont également fait le déplacement. On peut en citer Louis Ayala, secrétaire général de l’Internationale socialiste, Aminata Touré, Mor Ngom, Nicolas Ndiaye qui se sont joints aux hommages à l’égard du défunt président du Haut conseil des collectivités territoriales (Hcct). Mais l’ancien Premier ministre n’a pas tari d’éloges à l’endroit de OTD. «A toutes les échelles se mesurent la grandeur et la rigueur de l’homme d’Etat, la vision et la clairvoyance du chef de parti, l’élégance vis-à-vis des adversaires, la capacité d’endurance face aux épreuves de la vie, la fidélité, la loyauté, l’amitié… Ousmane Tanor Dieng s’est toujours tenu aux premiers rangs. Il nous offre son parcours comme une source d’inspiration intarissable», a déclaré Idrissa Seck au nom de l’opposition.

Absence de Khalifa, Aïssata et Cie, Bamba Fall présent
Au-dessus de la Salle des congrès, un homme fait signe de victoire avec la main dans une affiche verte. Dans une autre, il croise les doigts, les yeux concentrés et rivés au ciel. Avec l’étoile rouge qui brille, l’on se croirait dans une fête. Non, cette mine est celle de Ousmane Tanor Dieng. Habillés massivement en blanc et vert, les centaines de Socialistes ont étouffé la Salle du congrès. Une salle qui ac­cueil­lait, il y a plus d’un an, Macky Sall pour l’investir comme candidat du Ps sous la houlette de Ousmane Tanor Dieng. Une cérémonie à laquelle on a remarqué l’absence de Khalifa Sall, Me Aïssata Tall Sall, Barthélemy Dias, Idrissa Diallo, entre autres. Bamba Fall a sauvé les meubles avec sa présence. Officiellement, Barth’ a déclaré à l’émission «Jury du dimanche» d’IRadio qu’ils n’ont pas reçu d’invitation. Et par des allusions, Aminata Mbengue Ndiaye n’a pas manqué de rappeler les moments durs vécus par Tanor. «Tanor, c’est un courage assumé. Calme et intransigeant d’une part, et d’autre part, une élégance jamais prise à défaut malgré la violence des affrontements et des turbulences», témoigne la secrétaire générale du Ps qui réaffirme l’ancrage de son parti dans la coalition Benno bokk yaakaar. «Mon engagement (aux côtés du Ps) ne sera jamais pris à défaut», lui répond Macky Sall qui dit garder toute sa confiance en Aminata Mbengue Ndiaye. C’est politiquement significatif dans un contexte où la présidente du Hcct fait face à des attaques depuis sa proposition d’accorder à Dakar un statut spécial. Une proposition que beaucoup assimilent à une vo­lonté de faire nommer le maire de la capitale au lieu de l’élire.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here