PARTAGER
Pr Mary Teuw Niane, ministre de l’Enseignement supérieur et de la recherche.

Les enseignants du supérieur peuvent afficher le sourire. Leur revendication d’avoir une retraite décente vient d’être satisfaite. Le projet de loi modifiant certaines dispositions de la loi portant statut du personnel enseignant des universités a été voté hier à l’unanimité. Avec le fonds de solidarité et la revalorisation de la pension, les enseignants peuvent espérer une retraite tranquille.

Le projet de loi n°25/2018 modifiant certaines dispositions de la loi n° 81-59 du 9 novembre 1981 portant statut du personnel enseignant des universités a été voté à l’unanimité hier, à l’Assemblée nationale. La modification de cette loi était une vieille revendication des organisations syndicales de l’enseignement supérieur comme le Saes. Les modifications apportées à cette loi mettent «l’accent sur l’amélioration des conditions de vie et de travail du personnel enseignant et chercheur». De même, il est souligné que «c’est l’occasion de corriger une imperfection de l’article 42 de la loi n° 2016-07 du 2 mars 2016 modifiant certaines dispositions de la loi n° 81-59 du 9 novembre 1981 portant statut du personnel enseignant des universités en y intégrant les indices de traitement». Dans l’exposé des motifs, il est précisé que l’objectif est d’apporter une réponse à la préoccupation majeure des enseignants du supérieur, celle d’avoir une retraite décente. Ainsi, avec les nouvelles dispositions de cette loi, il y a «la charge horaire d’une heure supplémentaire» des enseignants qui va permettre la mise en place d’un fonds de solidarité qui va permettre de soutenir ceux qui sont déjà à la retraite. Ces derniers vont donc bénéficier de la contribution de leurs collègues en activité. Ainsi, en à croire le ministre de l’Enseignement supérieur, c’est une augmentation de 300 mille F Cfa sur la pension des enseignants partis à la retraite. Selon Mary Teuw Niane, les enseignants du supérieur vont pouvoir percevoir une pension de retraite égale à 70% de leur dernier salaire. En 2021, informe le ministre, ce sera 85% du salaire. Ce qui, d’après lui, est une grosse augmentation. Par ailleurs, le ministre a souligné que «le projet de loi a fait l’objet d’une large discussion avec le Syndicat autonome de l’enseignement supérieur et un consensus a été trouvé». En outre, il est noté qu’avec ces modifications, on prend en compte «l’une des principales recommandations de la concertation nationale sur l’avenir de l’enseignement supérieur» qui préconisait «la réactualisation des textes régissant l’enseignement supérieur et la recherche du Sénégal». Interpellé sur les retards notés dans la livraison de l’Université du Sine Saloum de Kaolack, le ministre de l’Enseignement supérieur a rappelé que ceux qui avaient gagné les marchés n’avaient pas respecté les délais. Des marchés qui leur sont retirés en attendant que la direction de Contrôle des marchés publics intervienne.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here