PARTAGER

L’Académie d’Agriculture de France a décerné sa plus haute distinction ce mardi au président de la République du Sénégal, Macky Sall, pour son engagement ferme en faveur du développement agricole.

Après la médaille de la Fao pour l’atteinte de l’Omd-1 consacré à la lutte contre la faim et la malnutrition, décernée par le Directeur général de la Fao au Sénégal, en marge du 70ème sommet des Nations-Unies, tenu à New York du 25 au 30 septembre 2015, le Président Macky Sall va être le premier africain et chef d’Etat à recevoir, dans le cadre du secteur agricole, la Médaille d’Or de l’Académie.  L’Académie d’Agriculture de France a pour mission de contribuer, dans les domaines scientifique, technique, économique, juridique, social et culturel à l’évolution de l’agriculture et du monde rural.
Cette médaille dont l’attribution est très loin d’être une affaire d’enfant de chœur, est destituée à reconnaître l’originalité et la qualité de l’ensemble d’une œuvre couronnant une carrière.
Elle vient d’être attribuée pour la première fois à un Africain pour la simple raison : le bilan agricole élogieux du Président Sall.
Le Président Macky Sall, dès son arrivée au pouvoir, a mis en place le Plan Sénégal Emergent (Pse), cadre de référence des politiques publiques traduisant sa vision du développement économique et social pour conduire le Sénégal à l’émergence, à l’horizon 2035. Dans ce document stratégique, il a su accorder une place prépondérante au secteur agricole avec comme orientation de «bâtir une agriculture compétitive, diversifiée et durable» afin de : (1) renforcer la sécurité alimentaire du Sénégal et rééquilibrer une balance commerciale dégradée par les importations de produits alimentaires, (2) développer des filières intégrées, compétitives et à haute valeur ajoutée, (3) préserver les équilibres socio- économiques et dynamiser l’économie rurale.
Cet intérêt constant et conséquent que le Président Macky Sall porte à l’agriculture est sans commune mesure ce qui explique les performances actuelles réalisées par le Sénégal dans toutes les filières :
Production céréalière de 2 516466 tonnes, soit une hausse de 18% par rapport à 2016 et une hausse de 73 % par rapport à la moyenne des 5 dernières années :
Production record de riz depuis l’indépendance avec 1 011 269 tonnes, soit une augmentation de 7% par rapport à la campagne agricole de 2016 et une hausse de  52% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de mil de 875 484 tonnes soit une hausse de 34% par rapport à la campagne 2016 et une hausse de 46% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de Sorgho de 215 491 tonnes soit une hausse de 21% par rapport à 2016 et une hausse de 54% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de fonio de 3857 tonnes soit une hausse de 3% par rapport à 2016 et une hausse de 59% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production du maïs de 410 364 soit une hausse de 19% par rapport à 2016 et une hausse de 60% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production arachidière record depuis 40 ans avec 1405 223 tonnes, soit une hausse de 42% par rapport à 2016 et une hausse de 72% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de Niébé de 108 662 tonnes soit une hausse de 9% par rapport à 2016 et une hausse de 60% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de sésame de 18 879 tonnes soit une hausse de 56% par rapport à la campagne 2016 et une hausse de 143% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de coton de 20 000 tonnes soit une hausse de 32% par rapport à 2016 et une baisse de 19% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production horticole (en cours) de 1 320 399 tonnes  soit une hausse 8% par rapport à 2016 et une hausse de 26% par rapport à la moyenne des 5 dernières années.
Production de manioc de 747 473 tonnes, soit une hausse de 6% par rapport à 2016 et une hausse de 115% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de pastèque de 801 417 tonnes soit une hausse de 182% par rapport à 2016/2017 et une hausse de 263% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production de pomme de terre de 118 783 tonnes, soit une hausse de 33% par rapport à la campagne précédente et une hausse de 144% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Production record d’oignon depuis l’indépendance avec 400 000 tonnes   soit une hausse de 2% par rapport à la campagne 2016 et une hausse de 38% par rapport à la moyenne des 5 dernières années ;
Exportations record de fruits et légumes de contre-saison estimées actuelle­ment à 106 200 tonnes, soit une hausse de 17% par rapport à 2016.
Production record de semences de pré base depuis l’indépendance avec 120 tonnes,
Présence du Riz dans toutes les zones agro-économiques de notre pays,
Augmentation des revenus ruraux : plus de Mbapatt c’est-à-dire de bons impayés, plus de baisse du prix au producteur pour l’arachide, depuis l’arrivée du Président MackySall au pouvoir,
Diversification dans le bassin arachidier qui a été rebaptisé bassin agricole du fait de la diversité culturale au niveau de ce bassin,
Croissance continue du secteur agricole grâce à une gestion scientifique des changements climatiques pour que la croissance économique à l’échelle de la Nation se situe dans la durabilité,
Fin des réclamations sur la qualité des semences,
Remplacement graduel des semences écrémées par des semences certifiées,
Modernisation de l’équipement rural avec plus de 4 991 Unités de Matériels agricoles motorisés (dont 1 320 tracteurs), composées, entre autres, de motoculteurs, de moissonneuses-batteuses, de batteuses à riz, d’unités familiales de décorticage et de blanchiment de riz…mises à la disposition des producteurs, et plus de 61 523 Unités de Matériels agricoles attelés (houes, semoirs, charrues…) sans compter le lot de plus de 1000 unités de matériels agricoles réceptionnés au Grand Théâtre, composé de 520 tracteurs, 520 offset, de rizeries industrielles, d’engins de génie civil, de camions-benne, de moissonneuses-batteuses, de véhicules pick up…,
Doublement du quota d’arachide subventionné qui passe à 300 000 tonnes en 2017 contre 150 000 tonnes en 2016,
Suspension de la taxe à l’exportation des graines d’arachide pour une meilleure pénétration du marché.
Pape Omar DIOP BOUNA
Spécialiste en management des Organisations
Ingénieur Agroéconomiste à Briston University

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here