PARTAGER

Ça prend une tournure judiciaire. L’Alliance sauver le Sénégal a saisi hier le procureur d’une plainte contre X après les révélations de Cissé Lô. Le député, cité en témoin par Babacar Mbaye Ngaraf et Cie, persiste et signe que des autorités seraient impliquées dans la consommation et le trafic de drogue.

Si certains ont pris les révélations de Moustapha Cissé Lô sur la drogue comme des propos politiques, d’autres Sénégalais, eux, les prennent très au sérieux. Et devant les allégations répétées du député de Benno bokk yaakaar (Apr) qui réclame lui-même son audition devant la justice, l’Alliance sauver le Sénégal a décidé justement de saisir le Parquet. Ce mouvement, dirigé par Babacar Mbaye Ngaraf, a porté plainte hier devant le procureur de la République. «Suites aux propos, répétés à plusieurs occasions, de l’honorable député Moustapha Cissé Lô sur la circulation de la drogue au Sénégal, nous venons auprès de votre haute bienveillance porter plainte contre X pour trafic de drogue. En effet M. Cissé Lô déclarait que «des autorités sont impliquées aussi bien dans la consommation que dans le trafic de drogue au Sénégal» et que «beaucoup de belles billas dans Dakar sont le fruit dudit trafic»». Qui plus est, l’honorable député dit être prêt à répondre à votre convocation pour en dire davantage», lit-on dans la plainte parvenue au journal Le Quotidien. Il faut dire que l’Alliance sauver le Sénégal a joint à sa requête une clé Usb contenant les différentes déclarations du député. Les requérants espèrent que leur plainte «bénéficiera de toutes les diligences nécessaires» du procureur «pour que soient traqués les auteurs de cette sordide et illicite activité».
Pour eux, l’auteur de ces accusations n’est pas n’importe qui. «Il s’agit d’un député, Président du parlement communautaire et Vice-président de l’Assemblée nationale, donc une voix autorisée», soulignent-ils. Ils rappellent à Serigne Bassirou Guèye que la drogue est «un fléau qui érode les valeurs de notre société, fragilise notre économie réelle, menace la solidité de nos institutions et pervertit notre jeunesse». Sous ce rapport, estiment Mbaye Ngaraf et ses camarades, faire la lumière sur cette affaire est «une exigence sociale du Peuple au nom et pour le compte duquel (le procureur) exerce (ses) prestigieuses fonctions». Et voilà pourquoi ils se disent «sûrs de pouvoir compter sur (le maître des poursuites) pour prouver à la face du monde que ceux qui, comme (eux), continuent de croire en la justice sénégalaise ont raison».
Il faut dire que c’est le même mouvement, l’Alliance sauver le Sénégal, qui avait saisi l’Ofnac dans l’affaire Aliou Sall et qui s’était aussi porté témoin après l’enquête de la Bbc.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here