PARTAGER

Des acteurs culturels regroupés dans le collectif «Say wi» veulent avoir une place à la commission de contrôle pour mieux surveiller, eux-mêmes, la Sodav. La structure dirigée par Aly Bathily pense que la commission de contrôle ne pourra que vulgariser davantage son travail.

Les acteurs culturels se préparent à avoir des représentants à la commission de contrôle des sociétés de gestion collective. A peine l’instruction donnée par le chef de l’Etat au ministre de la Culture de procéder, avec toutes les parties prenantes, à l’évaluation institutionnelle et financière de la Sodav et à la mise en place, fonctionnelle, de la Commission permanente de contrôle des sociétés de gestion collective, le collectif «Say wi» est monté au créneau pour y réclamer une place. «Ce n’est pas une bataille contre une personne. Mais on se bat contre un système. A la Sodav, on n’obtient jamais de fiche. Dans les pays développés, l’information est garantie et à portée de clic. On veut avoir une vue sur ce qui nous revient de droit. Car seuls les acteurs sont à même de développer la culture», a déclaré hier le chanteur Idrissa Diop lors de la conférence de presse du collectif regroupant des acteurs culturels «Say wi». Un point de vue partagé par Djiby Guissé, qui explique que «sans installation de la commission, il ne peut y avoir le versement de redevance tirée du copy privé. Nous déplorons ce qui est fait pour nous sans nous. Nous savons que la commission doit être composée de membres de la Cour suprême, de l’Inspection générale d’Etat, du ministère des Finances, du ministère de la Culture. Nous demandons à être présents comme consultant ou conseiller».
Pour les artistes, cette commission de contrôle va permettre de mieux gérer la Sodav. Cette société a aussi communiqué. «La Sodav se réjouit ainsi de la mise en place de cette commission de contrôle qu’elle n’a cessé de réclamer et qui est une exigence de l’article 124 de la loi 2008-09 sur le droit d’auteur et les droits voisins. Sa mise en place n’incombait point à la Sodav et son fonctionnement et organisation sont fixés par décret», ont expliqué Aly Bathily et Ngoné Ndour. Le Directeur général et sa présidente du Conseil d’administration ont déclaré que «cette commission va produire des rapports qui vont permettre de vulgariser tous les efforts fournis par la Sodav depuis son avènement pour le bien-être de la communauté artistique. La Sodav assure sa disponibilité à prêter une franche et loyale collaboration à la commission permanente de contrôle pour lui permettre d’exécuter sa mission dans les meilleures conditions».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here