PARTAGER

Se taire sur l’affaire Khalifa Sall, c’est l’invite de Idrissa Diallo au Secrétaire général du Parti socialiste. Le maire de Dalifort jure que Ousmane Tanor Dieng est derrière les déboires judiciaires de l’ex maire de Dakar.

«Le coup vient du Parti socialiste.» Idrissa Diallo ne tergiverse pas pour désigner le responsable des déboires judiciaires de Khalifa Sall. D’ailleurs, le coordonnateur du parrainage de la candidature de Khalifa Sall dénonce le «manque de courtoisie» de Ousmane Tanor Dieng et de ses camarades à l’égard de l’ex-chargé de la Vie politique du Ps. Pourtant, lors de la prière de la Tabaski à la mosquée omarienne, Ousmane Tanor Dieng, interpellé par des journalistes, avait déclaré qu’il ne voyait pas d’inconvénients à une grâce présidentielle en faveur de l’ex-maire de la Ville de Dakar.

«Quand vous prêchez la grâce pour quelqu’un, ayez la courtoisie de lui rendre visite»
Jeudi dernier, Abdoulaye Wilane, après la confirmation de la condamnation de Khalifa Sall à 5 ans de prison par la Cour d’appel, allait dans ce sens. Une démarche qui révulse Idrissa Diallo. «Quand vous prêchez la grâce pour quelqu’un, ayez la courtoisie de lui rendre visite. Ils ont passé plus de 30 ans avec Khalifa Sall. Ces gens doivent se taire», a répondu hier le maire de Dalifort au cours de l’émission Grand Jury de la radio privée Rfm.
D’après l’ancien député socialiste de la 12ème Législature, «on ne peut pas s’allier avec le président de la République et que le Secrétaire général du Ps regarde son chargé à la Vie politique en prison». Dans cette affaire, fustige M. Diallo, «Tanor et ses porte-parole ont été très bas en termes de morale et de valeurs». Cette attitude du Ps explique, selon lui, la décision de choisir Macky Sall comme le candidat de l’ancien parti unique. «Tanor est dans le faux et dans l’arnaque. Le Ps a un candidat, c’est Khalifa Sall. Macky Sall ne peut pas être le candidat du parti, parce qu’il n’en est pas membre. Il a le soutien de Tanor et non des militants du Ps. Il (Tanor) ne représente plus rien à Nguéniène et est prêt à tuer tous ses enfants politiques. Cet homme a une carrière politique brisée, il ne fait pas rêver, les Sénégalais ne veulent pas de lui», souligne le coordonnateur du mouve­ment «Khalifa Président».
Sur la révocation du maire de Dakar par décret présidentiel vendredi dernier, Idrissa Diallo explique que Khalifa Sall «fait trembler» le régime actuel. «Ce qui lui arrive, c’est son destin. De grands hommes, de saints hommes sont passés par là. C’est une épreuve à subir avant d’arriver au Palais. Khalifa est fort moralement et n’est pas perturbé. Cet homme a un destin présidentiel», fait-il comprendre, qualifiant par le décret de Macky Sall de «défiance au vote des Dakarois».
Par ailleurs Idrissa Diallo estime le Pds et les Khalifistes sont «conscients» de leur obligation de cheminer ensemble. «Electoralement parlant, nous et le Pds, Macky Sall ne peut nous résister. On a commis une erreur lors des Législatives. Si on était ensemble, Macky Sall n’aurait pas l’As­semblée nationale. Aujour­d’hui, on est conscients qu’on a le même sort. On ira se battre ensemble et nos deux candidats (Khalifa Sall et Karim Wade) vont se présenter en février», assure-t-il.
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here