PARTAGER

Le ministre de l’Enseignement supérieur, de la recherche et de l’innovation, Mary Teuw Niane, a présenté hier les résultats de sa politique de l’année 2017. Selon M. Niane, l’accent a été mis sur la promotion de la science et de la recherche.

Pour le compte de 2017, les programmes et objectifs spécifiques ont eu pour colonnes motrices l’accès à un enseignement de qualité, orienté vers la qualification et l’insertion socioprofessionnelle, la création de nouveaux universités et instituts de formation professionnelle, la diversification des offres de formation et la promotion de l’enseignement à distance. Aussi, le ministère s’est appesanti sur l’augmentation de la qualité de la formation et de l’employabilité dans tout le système universitaire par le développement quantitatif et qualitatif de l’offre globale de formation, la poursuite de la mise en œuvre de la consolidation du système Lmd, l’utilisation des technologies de l’information et de la communication dans les stratégies d’enseignement et le renforcement de la qualification des diplômés, des formateurs et des personnels administratifs, techniques et de service.
Pour les programmes liés à l’enseignement supérieur, l’Etat a octroyé un budget de 75 milliards 407 millions 403 mille 368 Cfa pour le développement des capacités d’intervention pour des solutions aux divers besoins liés au développement socioéconomique et culturel. L’objectif de ce programme est d’accroître le niveau des connaissances scientifiques et techniques et de faire de la recherche et de l’innovation les leviers du développement économique, social et culturel. Dans ce programme, l’enseignement à distance a été établi. A cet effet, 10 instituts d’enseignement supérieur ont été construits dont 6 Espaces numériques ouverts (Eno). Aussi, selon le ministre, 165 mille étudiants ont été inscrits cette même année, tous niveaux confondus. Le ministre a souligné une nette amélioration de la qualité de l’enseignent au vu de l’augmentation des étudiants ayant accédé en Licence 2 cette année 2018, soit 65%. M. Niane a relevé un nombre accru de programmes accrédités par l’Anaq-sup, soit 67 en 2017 contre 45 en 2016.
Le ministère s’est également adonné au progrès du cadre de la recherche et de l’innovation, piloté par la Direction générale de la recherche et de l’innovation (Dgri), en association avec le Conseil national de l’enseignement supérieur, de la recherche, de l’innovation, de la science et de la technologie (Cnsrist). Le budget alloué à ce programme, estimé à 2 milliards 999 millions 848 mille 133 Cfa, a permis la mise en place de deux plateformes de recherches.
Par ailleurs, 73 milliards 024 millions 624 mille 027 Cfa ont été mis à disposition du ministère afin d’améliorer la qualité de la prise en charge sociale des étudiants. Ce programme visait à améliorer les conditions de vie des étudiants dans les campus sociaux et assurer la gestion des bourses et des aides à travers la direction des Bourses. Ledit programme se veut de faciliter le quotidien de la vie estudiantine dans de nombreux domaines tels le logement, la restauration, la prise en charge médicale par le biais de la direction des Bourses et les Centres des œuvres universitaires. En 2017, 35,8% des étudiants de Saint-Louis ont bénéficié de logements, 3,1% ont reçu une aide sociale et 51,89% une aide pédagogique.
Afin d’améliorer le secteur de l’enseignement supérieur pour 2018, le ministère entrevoit de définir une politique de recherche et d’innovation et augmenter son financement. A cet effet, des infrastructures mutualisées de la recherche sont créées pour favoriser de meilleurs résultats. Enfin, un plan de renforcement pour la rationalisation des œuvres universitaires sociales et une harmonisation du système Lmd.
Stagiaire

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here