PARTAGER

Le chauffeur de taxi, Daouda Tine, encourt 3 ans ferme. Il comparaissait hier pour «viol sur une dame». Les faits se sont produits au niveau du Canal 4 de Fass vers les coups de 5 heures du matin. La victime et sa sœur étaient allées voir des amies. Au retour, elles ont hélé un chauffeur de taxi avec qui elles sont tombées d’accord sur le prix de 700 francs. «Ma petite sœur devait descendre à la rue 37 et moi au Service d’Hygiène qui se trouve à la Gueule Tapée. Quand ma sœur est descendue de la voiture, il m’a conduite au niveau du Canal 4 en face du lycée Delafosse. Il est passé entre les deux sièges pour me rejoindre derrière. Il m’a giflé avant de faire sauter le bouton de ma jupe, puis il a abusé de moi. J’ai essayé de me débattre. J’ai crié, mais je n’ai vu personne. C’est quand il a vu transparaitre la lumière de la lampe torche du gardien qui venait vers nous, qu’il m’a fait descendre de force de la voiture avant de prendre la fuite. Heureusement que j’ai pu relever son numéro d’immatriculation. Ensuite, j’ai appelé mon petit ami qui m’a accompagnée à la police où j’ai déposé une plainte contre X», a narré la victime. C’est ainsi que Daouda Tine a été arrêté et poursuivi pour viol.
Des accusations que Tine a battues hier en brèche. «Quand on était seuls dans la voiture, elle m’a demandé mon numéro et je le lui ai remis. Elle a promis de travailler avec moi. Puis, elle m’a dit qu’elle me payera la prochaine fois. J’ai pris sa pochette pour voir s’il y’avait de l’argent et il n’y avait que 200 francs. Je l’ai laissé partir parce que c’est une femme», a-t-il soutenu. Mais aucune d’elles n’a payé le prix du transport, poursuit-il, avant de rappeler que son frère a été tué sur ces lieux et qu’il n’ose même pas emprunter cette voie à 5 heures du matin.
Pourtant, le gardien Mamadou Saliou Diallo dit avoir vu un taxi se garer. Et qu’au bout de quelques minutes, il a vu le véhicule se remuer. Quand il s’est approché pour avoir une idée claire, il a vu une dame descendre et qui pleurait. Et quand il l’a interpellée, cette dernière lui a fait savoir qu’elle venait de faire l’objet d’un viol. Malgré tout, la partie civile, par le biais de son avocat, a demandé le franc symbolique.
De l’avis du Parquet, les faits ne souffrent d’aucune contestation. «Il y a eu un détournement de destination en dépassant le Service d’hygiène pour rallier le Canal 4. Le prévenu a reconnu avoir transporté ces deux filles. Les faits sont constants», note le parquetier avant de requérir 3 ans de prison ferme.
L’avocat de la défense ne croit pas à la culpabilité de son client. Pour lui, on cherche à ternir l’image du prévenu. Car le certificat médical n’atteste pas qu’il y a un viol. Il a plaidé la relaxe pure et simple. La décision sera rendue le 3 juillet.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here