PARTAGER
Amadou Kane, président de la Fondation Nsia.

Dans le cadre de sa politique de Respon­sa­bilité sociétale d’entreprise (Rse), le Groupe d’assurance & banque Nsia, à travers sa fondation, a procédé samedi 12 janvier à la pose de la première pierre de la Case des tout-petits de Thiénaba Seck. Un centre d’éveil qui va améliorer, selon le président de la fondation, les conditions d’études de la petite enfance dans la cité religieuse.

Le Groupe Nsia veut caser les petits bouts de bois de Dieu de Thiénaba Seck, en procédant ce week-end à la pose de la première pierre de la Case des tout-petits. Une aubaine pour ce sanctuaire de l’islam dense de plus de 16 mille âmes, où l’éducation des tout-petits reste une priorité. Surtout que, jusqu’à ce jour, l’éducation dans ce foyer religieux est exclusivement coranique. Pour Amadou Kane, président de la Fondation Nsia, un groupe d’assurance et de banque, c’est tout le sens qu’il convient de donner à cette action de haute portée sociale. Selon l’ancien ministre de l’Economie, des finances et du plan, sous le Président Macky Sall, «la réalisation de cette Case des tout-petits traduit tout l’intérêt que le Groupe Nsia, à travers sa Fondation, accorde à l’éducation des enfants, notamment des petites filles en Afrique et au Sénégal». La pose de cette première pierre étant, à l’en croire, «un symbole de notre ambition traduite en action concrète, mais également le symbole d’un partenariat fructueux entre la République du Sénégal, sa jeunesse et notre Fondation». Aussi, pour M. Kane, la réalisation de ce projet à Thiénaba Seck, le quatrième village à avoir bénéficié de la politique de Responsabilité sociétale d’entreprise (Rse) du Groupe Nsia, après Kipé en Guinée, Pouma au Cameroun, Kintélé au Congo-Brazzaville, a pour «objectif majeur» de contribuer à l’amélioration de l’éducation des enfants de cette commune du département de Thiès. «Nous ne ménagerons aucun effort pour aller dans les villages, les hameaux afin d’apporter notre contribution à l’éducation des générations futures», assure M. Amadou Kane qui souhaiterait «l’implication de toutes les populations afin que l’ouvrage soit disponible dans les meilleurs délais». Surtout que, rassure-t-il, sa Fondation s’investira toujours auprès des populations pour un «avenir meilleur» des enfants du Sénégal et de Thiénaba Seck.

Contribution au développement du capital humain
A sa suite, la directrice générale de l’Agence nationale de la Petite enfance et de la Case des tout-petits de remercier vivement le Groupe Nsia pour cette «œuvre utile» qui, selon elle, «doit servir d’exemple et faire tache d’huile à travers tout le pays». Ce, d’autant que, estime Mme Thérèse Faye Diouf, «c’est un important investissement qui renforce les actions de l’Etat dans le cadre de la mise en œuvre de la politique nationale de développement intégré de la petite enfance». Aussi, elle pense qu’«en choisissant d’investir dans la petite enfance par la construction d’une case des tout-petits, le Groupe Nsia donne aux enfants de Thiénaba Seck une chance réelle pour consolider leur identité propre et éclore leurs différentes potentialités psychomotrices, intellectuelles et sociales». A l’en croire, «cette action généreuse de la Fondation Nsia permet d’assurer aux enfants un bon départ dans la vie à travers une prise en charge de qualité de leurs besoins en éducation, en santé nutrition et en protection». Sans compter qu’elle contribue «à réduire les disparités longtemps notées en termes d’accès équitable au service de développement intégré de la petite enfance entre les milieux ruraux et urbains». D’ailleurs, Mme Thérèse Faye Diouf ne manque pas de remarquer que l’un des objectifs majeurs de son agence consiste à «offrir particulièrement aux enfants des zones défavorisées l’accès au service de développement intégré de la petite enfance de qualité». Pour dire, selon elle, que cette «belle initiative» s’inscrit en droite ligne des orientations des politiques publiques de l’Etat du Sénégal. Il s’agit, souligne la directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la Case des tout-petits, de «généraliser la prise en charge de la petite enfance». Egalement, dit-elle, «c’est un geste qui montre clairement la contribution du Groupe Nsia aux efforts de l’Etat en matière de développement du capital humain au Sénégal qui est un axe prioritaire du Plan Sénégal émergent». Et d’être convaincue de la «nécessité d’investir dans la petite enfance pour assurer précocement la préparation du capital humain de notre cher Sénégal». Elle devait conclure par «rassurer» la sainte famille Seck de Thiénaba quant à «l’éducation ‘’religieuse’’ qui fait partie intégrante de l’offre d’éducation de la petite enfance au Sénégal et occupera également une place de choix dans les activités d’enseignement et d’apprentissage qui seront déroulées dans cette case des tout-petits». Les autorités locales et religieuses de la famille de Amary Ndack Seck ont joint leur voix à celle de la directrice générale de l’Agence nationale de la petite enfance et de la case des tout-petits pour remercier la Fondation Nsia d’avoir démarré les travaux de l’infrastructure éducative en question dont l’inauguration est prévue dans cinq mois, en juin 2019.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here