PARTAGER

L’application de la loi sur la fonction locale votée en 2011 est au cœur des préoccupations de la Cnts/Fc authentique. La secrétaire générale de la structure syndicale l’a fait savoir samedi en marge du congrès ordinaire des jeunes et des femmes de la section départementale de Rufisque. «Le constat, c’est que l’Etat traîne les pieds au sujet de l’application de cette loi qui a été votée depuis des années. C’est un point qui a de tout le temps figuré dans notre cahier de doléances», a tenu à rappeler Bakhaw Diongue, secrétaire générale de la Cnts/Fc A. «Nous continuerons à nous battre, mais il faut que les travailleurs des collectivités locales soient ensemble et  unis derrière les centrales syndicales pour pousser l’Etat à rendre effective son application», a-t-elle assuré. Selon elle, le président doit montrer qu’il veut réellement que les choses aillent vite avec son nouveau mandat. «On entend maintenant le Président Macky Sall parler de ‘’fast track’’. C’est sur ce terrain que nous l’attendons avec cette loi. Ce n’est pas normal qu’une loi soit votée depuis plusieurs années et qu’elle n’entre toujours pas en vigueur», a laissé entendre Mme Diongue. Elle pense aussi que l’Etat se devra en même temps de faire bénéficier des faveurs de la loi à tous ceux qui sont en fonction depuis sa promulgation, pense la syndicaliste. «En tant que centrale syndicale, nous demandons la rétroactivité. Nous l’avons mise dans nos doléances. Ce n’est pas normal que l’on vote une loi sans que son application ne soit effective et que pendant ce temps des gens vont à la retraite au fil des mois. Nous demandons à l’Etat de tenir en compte ce paramètre», a exhorté Ba­khaw Diongue. «L’inté­gration des jeunes et des femmes dans les processus de mutation des entreprises» a été le thème de la conférence animée par Saliou Faye, secrétaire général du syndicat libre du groupe la Poste.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here