PARTAGER

L’Agence d’aménagement et de promotion des sites industriels (Aprosi) a pris comme prétexte la Journée mondiale de l’Avc (29 octobre) pour organiser un dépistage des facteurs de risque cardio-vasculaire en milieu de travail. Une occasion aussi pour la structure en charge de la promotion des sites industriels de la plateforme de Diamniadio d’organiser des panels pour des échanges sur les maladies non-transmissibles telles que le diabète, le cancer, l’hypertension artérielle (Hta) entre autres. Le cardiologue Pr Serigne Abdou Bâ, panéliste, en a profité pour parler du «tueur de l’ombre» que représente l’Hta. «1 sur 3 adultes au Sénégal est hypertendu», a-t-il révélé en considérant cette pathologie comme un véritable «problème de santé publique». Cœur, cerveau et reins sont les «trois organes cibles qui sont progressivement détruits par l’Hta», raison pour laquelle il préconise de «prendre en charge l’hypertension artérielle très précocement». Dans la lute contre la maladie «responsable d’une importante mortalité», le Professeur a exhorté à «l’auto mesure de la pression artérielle à domicile» mais aussi et surtout à «une visite complète annuelle» pour vérifier la tension, le taux de sucre ainsi que le niveau du cholestérol. «L’hypertension artérielle est asymptomatique ; ce qui la rend complexe», a-t-il encore relevé, en recommandant d’éviter la sédentarité. Le diabétologue Djiby Sow, autre panéliste, a souhaité que ces maladies puissent être enseignées dans les écoles comme il en est pour les autres maladies. «Il faut des actes de prévention pour une meilleure prévention.  En même temps qu’on enseigne les maladies transmissibles telles que le paludisme et la tuberculose, on doit  enseigner les maladies chroniques non transmissibles pour que ces enfants sachent ce qu’on appelle changement de comportement pour un réel impact», a-t-il posé en assurant qu’il y a «3.4% de diabétiques au Sénégal». Il a d’ailleurs salué la journée de dépistage initiée par l’Aprosi et qui a permis de diagnostiquer «des cas qui n’étaient pas connus» des sujets. Les initiateurs, qui ont vu défilé des cardiologues, endocrinologues, cancérologues et autres spécialistes durant la journée à leur lieu de travail, se sont réjouis de l’engouement autour de l’événement qu’ils comptent annualiser désormais. «C’est la Journée mondiale de l’Avc et ça a été une occasion de faire cette journée médicale que nous comptons pérenniser.  L’Aprosi a un rôle d’accompagnement des entreprises que nous avons installées au niveau du domaine industriel et de la plateforme industrielle de Diamniadio. Il est ainsi de notre rôle d’aider les entreprises à faire de la préven­tion.  L’Aprosi se préoccupe non seulement de la santé de ses travailleurs mais aussi de celle des travailleurs qui sont au niveau de ces entreprises», a ainsi relevé Maimouna Ly, directrice  de l’exploitation de la plateforme de Diamniadio.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here