PARTAGER

Sont considérés comme lotissements valables autour du pole urbain de Diamniadio ceux approuvés par le préfet jusqu’en 2008 et depuis cette même année par le ministre de l’Urbanisme. Seydou Sy Sall l’a expliqué jeudi lors d’une signature de convention entre la Dgpu et la mairie de Rufisque Est. Il répond par l’occasion aux populations de Dény Malick Guèye et autres localités environnantes se disant lésées par le pôle qui couvre 1600 hectares.

L’approbation d’un lotissement a été retirée depuis 2008 au représentant de l’Etat dans la zone au profit du ministre de l’Urbanisme. C’est ce qu’en substance a fait savoir jeudi  le patron de la Délégation générale aux pôles urbains de Diam­niadio (Dgpu),  Seydou Sy Sall, en marge d’une signature de coopération entre la Dgpu et la mairie de Rufisque-Est.  «Un espace morcelé n’est approuvé juridiquement qu’une fois qu’il a été initié par le maire de la commune et ap­prouvé par le préfet du département», a rappelé dans un premier temps M. Sall, expliquant que cette mesure était de mise «jusqu’en 2008». ­Pour­­suivant ses éclaircissements, le Dgpu d’enchainer : «Sont aussi considérés comme lotissement à partir de 2008 les découpages parcellaires initiés par le maire approuvés par le Conseil municipal et le ministre de l’ur­banisme.» Ces explications faites, Seydou Sy Sall a soutenu que «tous les lotissements ayant suivi ce processus seront respectés», sans pour autant s’épancher sur les autres cas de figure objets de litiges récurrents surtout aux alentours du Pôle urbain de Diamniadio. A ce sujet, il est d’ailleurs revenu sur le cas du village de Dény Malick Guèye où les populations, outrées par la forte pression subie à cause du Pôle urbain, ont dernièrement exigé un traçage clair des limites du pôle. «Les limites du Pôle urbain  sont connues du chef de village, du délégué de quartier de Dény Malick Guèye ainsi que du préfet de Rufisque. Il se trouve que ces temps-ci, il y a un problème suite à un lotissement établi sur les lieux», a-t-il fait savoir pour motiver les sorties dans la presse des populations de la localité. «L’arrondissement 1 du Pôle urbain est contigu au village (de Dény Malick Guèye). Il se trouve que ce village est considéré par la commune comme un quartier alors qu’il s’agit sociologiquement d’un village. Les limites, les valeurs et l’histoire de ce village seront respectés. L’Etat n’est pas dans une  perspective de déplacer un quelconque village», a expliqué Seydou Sy Sall. Pour ce qui est de l’extension déjà accordée par le Conseil municipal pour les jeunes du village, le Délégué général d’expliquer que des solutions sont en train d’être trouvées. «J’ai contacté sur le sujet le ministre chargé des domaines et on en a discuté pour trouver des solutions. Il en est de même pour Khoumbé mais tout doit se faire par le biais de discussions», a-t-il exhorté aux populations des localités au­tour du Pôle urbain.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here