PARTAGER

L’Association des tabliers déplore la mise à l’écart de ses membres dans le marché central depuis la fin de l’opération de désencombrement. Ils ont déversé leur ras-le-bol vendredi lors d’un rassemblement. «Les autorités nous empêchent de mener nos activités depuis plus de 34 jours. Le maire a dit que ce sont les ordres du président de la République alors  que celui-ci avait dit qu’il va désengorger mais pas déguerpir», a expliqué Idrissa Bâ, président de l’Association des tabliers du marché. «Nous sommes considérés comme des indésirables partout dans ce marché. Aucun d’entre eux n’a gagné un franc depuis les déguerpissements. Ce qui est le plus bizarre, c’est que les agents de contrôle sont munis de bâtons électriques qu’ils assènent à toute personne jugée fautive. En plus, les bagages confisqués, sont incinérés sans aucune pitié», s’est désolée pour sa part Mame Yacine Fall, autre membre de l’association. Las de supporter ces tracasseries, les tabliers comptent faire face. «A partir de la semaine prochaine, nous allons passer à la vitesse supérieure», a décrété le président qui a fait prévaloir la contribution financière à leur actif au profit de la mai­rie. «Aujourd’hui, il y a 1000 tabliers qui paient chacun 100 francs par jour ; ce qui fait 100 000 francs par jour et 3 millions le mois. De l’argent qui entrent dans les caisses de Rufisque Est. En plus de cela, à chaque Korité ou Tabaski, nous payons chacun 5000 francs», a-t-il ainsi relevé. Une présence importante d’éléments de la police est notée au niveau du marché pour parer à tout débordement. Tout s’est heureusement bien passé en attendant l’ultimatum d’une semaine lancé par les tabliers. «Nous ne tolérerons plus qu’on vienne arrêter certains d’entre nous. Nous nous y opposerons par tous les moyens. Ces jeunes que vous voyez, sont décidés à mourir pour protéger leurs biens», a martelé Pape Niasse comme pour dire que les risques de tension sont réels au marché central. Le marché central avait été fermé du 16 au 21 août pour une grande opération de désencombrement. Depuis sa réouverture, des agents de l’Asp et de la brigade municipale y sont positionnés quotidiennement pour un suivi correct de l’opération.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here