PARTAGER

Les femmes de la coordination des musulmans de Rufisque aimeraient voir leurs sœurs intégrer les corps militaires et paramilitaires; ce qui n’est pas le cas présentement d’après les législations. «Nous invitons les institutions telles que l’armée, la police, la gendarmerie et la douane à permettre à leurs recrues mu­sul­manes de respecter les recommandations divines no­tam­ment dans leurs comportements vestimentaires», ont-elles exhorté dans une déclaration liminaire. Ces femmes procédaient ce 1er février  à la célébration de la Journée internationale du Hijab déclarée officiellement  depuis 2013.  Soulignant la pertinence de l’argument ainsi brandie, Rokhaya Sène d’assurer que «la compétence est plus importante que le port vestimentaire». Une requête qu’elle juge légitime et à laquelle les autorités ne vont pas manquer à s’exécuter pour «le bonheur de toutes ces dames voilées envieuses d’intégrer ces corps mais aussi une bonne chose pour l’image de ces corps».  Sous un autre registre, elles ont magnifié la décision à leur encontre de pouvoir s’inscrire au fichier pour les nouvelles cartes d’identité sans enlever le hijab. «Nous saluons la sage décision du ministre de l’Intérieur concernant l’autorisation du port du hijab pour la confection des cartes d’identité biométriques», ont-elles fait savoir à ce propos.

abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here