PARTAGER

L’Ucg et 10 communes de Rufisque ont paraphé un contrat pour assurer leur nettoiement. Chez les populations, l’on est pressé de voir la concrétisation de ce projet qui leur permettra de se débarrasser des ordures.

«Xaccando dorando set law ba fàaw (agir ensemble afin que la propreté s’installe pour de bon).» C’est sous ce slogan que la campagne Quartier zéro déchet a été officiellement lancée samedi dans le département de Rufis­que. A l’occasion, une signature de convention entre les différentes parties et une remise de bons en matériels  légers de nettoiement ont marqué l’événement qui s’est tenu au jardin public de Rufisque. Les maires ou représentants de dix des douze communes du département ont tour à tour paraphé, avec le coordonnateur de l’Unité de coordination et de gestion (Ucg) Ibrahima Diagne et les dix responsables des associations sélectionnées, une entente tripartite qui ambitionne d’éradiquer les déchets dans les zones ciblées.
Parlant au nom des maires signataires, le ministre de la Pêche, Oumar Guèye, qui a présidé la cérémonie avec son collègue Samba Sy en charge du Travail, a porté à l’assistance la ferme volonté de ses pairs à œuvrer pour la réussite de ce programme d’intérêt public. «Nous nous engageons ici en tant que maires à nous impliquer avec toute l’énergie nécessaire pour la réussite de ce programme pensé et théorisé par le président de la République Macky Sall et lancé en juin 2017 par le Premier ministre», a assuré le maire de Sangalkam, appelant les populations à acquérir les réflexes adéquats dans leur rapport avec les ordures. «Le comportement envers les déchets doit être civique», a-t-il fait prévaloir en ce sens, mettant particulièrement en exergue les épluchures de bananes ou les gobelets de café jetés dans la rue après usage.  «Des comportements à bannir dans notre vécu», exhortera le ministre de la Pêche. «Le concept zéro déchet est un mécanisme de participation citoyenne. Ce que nous voulons, c’est replacer la population au cœur de la gestion des déchets parce que tout part de la population et tout revient à elle. Les déchets produits vont impacter négativement leur cadre de vie. C’est pour cela qu’on a voulu organiser et structurer les organisations de base pour leur donner les moyens nécessaires pour vraiment prendre en charge leur cadre de vie», a souligné Ibrahima Diagne de l’Ucg pour souligner la pertinence du programme. «Un appel à projets a été lancé au niveau de la région de Dakar. A l’issue d’un processus, les meilleurs projets de quartier ont été sélectionnés. Nous avons 10 projets au niveau du département», a-t-il ajouté pour justifier le choix porté sur les organisations bénéficiaires qui devront faire preuve d’efficacité sur le terrain pour espérer décrocher la cagnotte mise en jeu au plan régional et qui va revenir à la meilleure organisation.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here