PARTAGER

Une parité homme-femme dans un parfait équilibre et des femmes députés à niveau pour bien assumer leurs missions. C’est ce que souhaite pour la prochaine législature l’ancienne ministre de la femme et de l’enfance Ndioro Ndiaye, qui voit en l’état actuel d’application de la parité homme-femme «une loi bancale, partielle et partiale». S’exprimant mercredi à l’occasion d’une cérémonie de remise de financements à des femmes qu’elle a initiée à Rufisque, Ndioro Ndiaye fait de cette mise à niveau un combat pour les organisations de défense des droits des femmes. «Nous allons vers des élections législatives. Ce que nous voulons c’est que le pourcentage de 48% de femmes augmente, qu’on ait des femmes députés qui sachent comment défendre leurs mandats et comment défendre les besoins des populations qui les ont élues», a-t-elle fait savoir. Pour arriver à des femmes députés bien formées et capables d’assumer leurs mandats, certains profils parmi les candidates de différentes listes auront l’assistance des organisations féministes. «Il va falloir qu’on les accompagne  pour que la parité soit effective (…)  Nous attendons la sortie des listes pour leur donner une formation sur comment faire leurs campagnes, avec quel budget elles vont le faire, comment faire pour répondre aux besoins des cibles dans leurs terroirs », a assuré à cet effet Ndioro NDiaye.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here