PARTAGER

Le Saladel 2019, tenu du 2 au 7 avril au terrain des Hlm (Rufisque Ouest), a été une belle tribune pour les éleveurs de ladoum de se faire entendre. Abdoulaye dit Sammy Diakhaté, président de l’Association départementale des éleveurs de ladoum (Adel), a décrié l’agressivité avec laquelle agissent maintenant  les voleurs de moutons.  «Ce n’est plus de simples vols mais des braquages. Les voleurs viennent armés jusqu’aux dents avec des armes à feu de surcroit pour prendre vos animaux et si d’aventure vous voulez vous interposer, ils vous tuent sans hésiter», a-t-il déploré. Il a cité à ce propos des cas à Sangalkam, Bargny et le dernier en date au quartier Dangou (Rufisque nord). «Cela constitue un réel problème pour nous. Depuis des années on en parle mais les voleurs ne sont jamais traqués et attrapés», a-t-il encore regretté.
Excédé par ces faits récurrents en cours dans le département, M. Diakhaté a même suggéré la possibilité de les mettre dans les conditions de se protéger. «On doit nous autoriser la détention d’armes, pensent certains de nos membres, mais vraiment le problème est complexe», a-t-il relevé. Pour autant son souhait le plus ardent est que «l’Etat prenne en charge ce phénomène» pour sa résolution de façon définitive. «Ce fléau est en train de plomber l’activité. Beaucoup de gens n’osent plus investir dans ce domaine parce que tout simplement ils ont peur des voleurs», a noté le président de l’Adel pour qui la race ladoum doit bénéficier de toutes les attentions et soins de la part des autorités. «La race ladoum doit être utilisée comme de la semence. Cela va permettre de booster l’élevage sur le plan national», a-t-il laissé entendre. «C’est pourquoi j’ai évoqué la possibilité pour que les éleveurs de ladoum puissent s’implanter au niveau du ranch Djibo Leyti Kâ (ex-Doly) pour pouvoir rentabiliser la race ladoum mais aussi pour l’autosuffisance en moutons de tabaski et en viande», a soutenu Diakhaté. Il a aussi évoqué la cherté de l’aliment et la peste des ruminants comme autres problèmes auxquels font face les éleveurs. «Nous en avons parlé au conseiller technique Khadim Guèye (présent à la rencontre). Des engagements fermes ont été pris par le conseiller technique, qui va transmettre au ministre les préoccupations des éleveurs», a-t-il fait savoir. Quelque 270 exposants ont participé à la 6ème édition du Saladel (salon de l’Adel) qui s’affirme comme le 1er salon d’exposition d’animaux du département.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here