PARTAGER

Le Service national de l’hygiène (Snh), qui s’est engagé dans une lutte à grande échelle contre le Covid-19, est dans une vaste restructuration avec le renforcement de ses équipements et de son personnel. Ces investissements vont permettre au Snh de continuer à jouer sa partition dans la lutte contre les épidémies.

Après avoir reçu un important lot d’équipements, le Service national de l’hygiène (Snh) s’est engagé dans un nouveau programme dans la lutte contre la propagation du Covid-19. «Nous avons pensé mettre en place une stratégie de désinfection à grande échelle de tous les endroits où le virus pourrait se trouver, à savoir les services publics, les marchés, les mosquées», a expliqué samedi le colonel Maodo Malick Diop, chef du Service national de l’hygiène. Il s’est exprimé à l’occasion de la cérémonie de lancement du programme de traitement des lieux publics et domiciles ayant hébergé des cas de Covid-19 tenue à Sangalkam. «Nous pensons que si nous déroulons cette opération, ça permettra de considérablement réduire les risques de contamination», a-t-il poursuivi, se réjouissant particulièrement de la dotation inédite à l’endroit du Snh. «Jamais dans l’histoire du Service d’hygiène nous n’avons reçu de matériels en quantité et en qualité aussi importante en une seule dotation», a-t-il ainsi relevé. Cl Diop a aussi dégagé de belles perspectives pour le Snh avec un renfort d’un millier d’éléments d’ici 2022. «Le chef de l’Etat a validé le plan d’investissement qui prévoit un recrutement de plus de 1 000 agents d’ici les deux prochaines années», a-t-il assuré. Le matériel octroyé par l’Etat se compose de 45 véhicules Pick-up équipés de thermo-nébulisateurs, de pulvérisateurs, d’appareils doubles, d’atomiseurs et de kits d’analyse de la potabilité de l’eau pour un montant de 3,2 milliards de francs Cfa, selon les détails fournis par le ministre des Collec­tivités territoriales qui a présidé la cérémonie. «Le matériel devra permettre d’intensifier la lutte anti-vectorielle et la désinfection à grande échelle», a dit le ministre par ailleurs maire de la commune hôte de la cérémonie. Oumar Guèye a salué dans la lancée l’engagement noté du côté du Snh depuis le début dans la lutte pour endiguer le Covid-19. Il a aussi relevé la bonne collaboration entre les niveaux déconcentré et décentralisé dans la lutte contre la pandémie. «J’en veux pour preuve la mobilisation effective de la sous brigade de Rufisque dans le cadre du comité départemental de lutte», a-t-il servi comme illustration, tout en assurant que le programme lancé samedi va alléger les collectivités locales. «Le programme qui sera lancé facilitera certainement l’intervention des collectivités territoriales qui ont des compétences en matière de mise en œuvre des mesures d’hygiène et de prévention», a-t-il dit à ce propos en rappelant le caractère important du combat. «A l’heure actuelle de la situation nationale, rien ne sera de trop pour freiner la pandémie. Chaque acteur a sa partition à jouer», a-t-il ainsi fait valoir. La sous brigade de Rufisque a procédé à une démonstration sur place en procédant à la désinfection de l’école primaire de Sangalkam ainsi que la place publique, malgré la fine pluie qui s’est abattue tout au long de la cérémonie.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here