PARTAGER

Les membres de l’Union nationale des pêcheurs artisanaux du Sénégal (Unapas) étaient en train de s’affairer depuis une semaine pour une marche nationale ce jour à Dakar. Malheureusement, la marche a été interdite au dernier moment par le préfet de Dakar. Ce qui ne les a pas empêchés de manifester leur colère. Vendredi matin, ils ont fait une démonstration au quai de pêche de Rufisque pour se faire entendre des autorités. Arborant des pancartes avec des inscriptions telles «Non aux accords de pêche», «Halte au pillage de nos mers», les manifestants ont exhorté l’Etat à surseoir aux accords avec l’Union européenne. «On a voulu faire la marche parce que les autorités ont vendu la mer. Ces bateaux sont en train de piller nos mers. C’est ce qu’on a voulu dénoncer et que le préfet nous a empêchés», a soutenu Pierre Mboup, président du quai de pêche de Rufisque et membre de l’Unapas. «Nous ne nous adressons pas au ministre Alioune Ndoye. Nous interpellons directement le Président Macky Sall parce que c’est lui qu’on a élu. Il faut que cette situation cesse, car à la longue la mer ne sera plus qu’un immense désert bleu parce qu’il n’y aura plus de poissons dedans», a-t-il enchaîné, faisant savoir que leur structure dénonce depuis le 8 juin ces licences de pêche. Il a fait savoir que les acteurs de la pêche sont prêts à tout pour préserver la ressource. «Des gens ont investi jusqu’à 30 millions pour se procurer des pirogues et font vivre plusieurs autres personnes. Aujourd’hui avec ces accords, c’est des investissements et des emplois qui vont crouler par la seule faute de l’Etat. Nous ne l’accepterons et nous nous battrons par tous les moyens», a averti M. Mboup. Pour Ibrahima Mar, coordonnateur du Clpa de Rufisque et membre de l’Unapas, l’Etat n’accorde aucune considération aux acteurs de la pêche artisanale. «Il faut que l’Etat du Sénégal respecte les acteurs de la pêche artisanale que nous sommes. On a de tout le temps déploré ces accords, mais l’Etat malgré cela a encore renouvelé avec l’Union européenne pour 45 bateaux», a regretté M. Mar, parlant de manque de considération à leur égard. «Même quand il s’est agi de soutien pour cause de Covid-19, l’Etat a aidé tous les secteurs sauf celui de la pêche artisanale. Aucun pêcheur n’a reçu 100 francs de l’Etat», a-t-il fustigé. Ces acteurs qui ont décrété une journée sans mer vendredi en signe de protestation ont assuré poursuivre le combat dans les jours à venir.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here