PARTAGER

La production de gel hydro-alcoolique pour le lavage des mains a atteint un niveau record à Valda avec plus de 40 mille flacons de 500 ml produits en deux semaines. Le rush vers ce produit d’urgence avec la propagation du coronavirus est passé par là et l’usine n’a désormais d’autre choix que de réaliser des prouesses pour s’adapter à une situation prégnante pour une production «réquisitionnée» par la Pna dans le combat contre le mystérieux virus vecteur du Covid-19.

La production de gel hydro-alcoolique pour lavage des mains à Valdafrique c’étaient 20 mille flacons de 500 ml par année. Avec la manifestation du coronavirus, l’usine implantée à Rufisque en a produit plus du double en deux semaines. C’est ce qu’a fait savoir le directeur administratif et financier de Valda à l’occasion d’un remise d’une importante dotation en gels, masques et produits désinfectants au préfet, coordonnateur de la cellule départementale dans la riposte contre le Covid-19. « C’est un produit que les Sénégalais n’utilisaient pas très souvent. Sur une année on produisait 20 mille flacons de 500 ml que l’on ne parvenait même pas à écouler. Aujourd’hui c’est un produit qui est une urgence et en 15 jours nous avons produit ce que nous produisions sur 2 ans et plus», a avisé M. Cissokho, soutenant dans la lancée que cette production s’est avérée même insuffisante  pour le pays alors que les stocks ont été épuisés. Face à cette situation, l’usine a désormais réservé la quasi-totalité de la production qui va redémarrer dès la semaine prochaine à l’Etat. «On a mis en avant le sens patriotique pour réserver la grande partie de cette production au ministère de la Santé par le biais de la Pharmacie nationale d’approvisionnement (…) La Pna nous a dit que nous ne pouvions pas arrêter et qu’il fallait trouver une solution. Nous avons ainsi continué à produire avec une autre formulation aussi efficace que celle qu’on produisait», a noté M. Cissokho, faisant savoir que des raisons liées à l’indisponibilité des produits entrant dans la composition et en provenance de France avaient imposé un arrêt momentané de la production. «On a dû nous rabattre sur un fournisseur établi en Chine et se pose encore le problème de l’acheminement avec la fermeture des frontières aériennes. Donc il ne nous reste que la voie maritime qui nécessite 35 jours. Nous continuons à nous battre et avec l‘appui des autorités, nous espérons avoir les produits pour redémarrer la semaine prochaine», a-t-il as­suré.  «Quand on a été sollicité, la meilleure chose à faire était de venir assister l’Autorité au regard des efforts qui sont en train d’être faits», a-t-il dit revenant sur la donation remise au préfet. Ce dernier a salué l’élan solidaire manifesté par les sociétés implantées dans le département et bonnes volontés dont l’apport sera précieux pour le combat. Serigne Babacar Kane a par ailleurs invité les Rufisquois au respect du couvre-feu décrété, annonçant que les moyens ont été mis à profit pour permettre un bon déploiement des forces de sécurité  à travers le département. «Nous avons participé pour 1000 litres de carburant pour la police et 1000 litres pour la gendarmerie. En même temps, tous les véhicules de l’Administration ont été réquisitionnés et mis à leur disposition», a indiqué le préfet faisant savoir que des dispositions particulières ont été aussi prises pour le quai de pêche, le marché central ainsi que d’autres points de regroupement de la ville.
abndiaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here