PARTAGER

La mairie de Rufisque a commencé une vaste opération de désencombrement du centre-ville. Elle a même prévu l’installation d’une fourrière municipale pour accueillir les épaves jetées çà et là.

Faire respirer le centre-ville en le débarrassant des goulots qui l’étouffent : C’est l’objectif de l’opération de désencombrement et d’assainissement entamée vendredi et qui va se poursuivre. Un communiqué publié mercredi par les autorités avisait déjà les Rufisquois sur cette opération d’envergure qui va plonger le marché central dans une période de vacances de près d’une semaine. «La première action aujourd’hui, c’est le marché central qui sera entièrement nettoyé sur 4 à 5 jours. C’est pourquoi l’initiative de le fermer a été une très bonne chose», a fait savoir Boubacar Albé Ndoye, maire de la commune de Rufisque-Est, expliquant que l’opération va s’étendre au-delà même du marché. «Ce n’est pas uniquement le marché qui va être désencombré, c’est l’ensemble des artères de la ville de Rufisque (…) On a préparé une fourrière municipale pour accueillir l’ensemble des épaves. Ce sont ces actions qui sont entamées et qui vont nous permettre au bout d’un mois de désencombrer totalement la ville de Rufisque», a précisé M. Ndoye, par ailleurs 1er adjoint de la ville. Un important contingent de travailleurs de l’Ucg bien équipés du point de vue logistique a investi vendredi le marché central qui présente une face hideuse. «Vous avez vu l’état dans lequel se trouvent ces marchés qui sont un peu les lieux de transit des aliments que nous mangeons. Ils sont en difficulté en termes de salubrité, mais aussi de collecte des ordures et d’assainissement. C’est la raison pour laquelle nous sommes venus rejoindre cette initiative du préfet en relation les communes (…) Si nous laissons comme cela ces lieux infestés par les moustiques, les mouches et les germes de maladies, nous n’en finirons pas et ce sera un éternel recommencement», a relevé le ministre de l’Urbanisme, du logement et de l’hygiène publique, venu assister à l’opération. Abdou Karim Fofana a en outre appelé à un suivi des opérations dans la stricte rigueur qui sied. «Nous verrons avec M. le préfet comment assurer le suivi. Il y a beaucoup de déblais qui ont été récupérés des canaux et il va falloir veiller, Monsieur le préfet, à ce que cela ne reste pas sur la voie publique. C’est la voie à suivre, il faut avoir le courage et de la fermeté», a-t-il insisté. Il a d’ailleurs fait savoir que l’Etat était pleinement disposé à accompagner les opérations de désencombrement sur toute l’étendue du territoire national. «En relation avec l’Agence de sécurité de proximité, le président de la République avait demandé à ce que 1 000 agents soient mis à notre disposition pour qu’on puisse effectuer ces opérations», a-t-il noté, expliquant que 20 agents de sécurité de proximité seront «dès lundi» déployés au marché pour assurer la surveillance des lieux après l’opération. Le maire Boubacar Ndoye, qui dit croire «à l’objectif zéro déchet à Rufisque», a remis au goût du jour, sans le citer, le projet «Rufisque gate». «La solution, c’est d’envisager de faire du neuf et nous avons des projets qui sont déjà ficelés avec la ville pour pouvoir proposer des solutions pour avoir un cadre sain à Rufisque», a-t-il ainsi expliqué.

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here