PARTAGER

La police cherche-t-elle à mettre fin aux rumeurs sur le présumé djihadiste arrêté à Rosso ? En tout cas, le bureau des relations publiques de la Police nationale a précisé dans un communiqué qu’il n’a pas encore été établi de liens entre le ressortissant malien arrêté à Rosso et des groupes djihadistes.

Il n’a pas encore été établi de liens entre le citoyen malien arrêté à Rosso en provenance de la Mauritanie et des groupes djihadistes. C’est la précision faite hier par le bureau des relations publiques de la police. Dans un communiqué, cet organe de la Police nationale renseigne qu’à la date du 20 octobre 2017, «les services de la Direction de la police de l’air et des frontières (Dpaf) ont, dans le cadre de l’exercice de leurs missions de sécurisation des frontières, interpellé à Rosso le nommé Mohamed AG A. M de nationalité malienne, en provenance de la Mauritanie». Dans ledit document, la police informe que l’individu a été «sommairement interrogé». C’est ainsi, souligne-t-on, qu’il «a déclaré avoir séjourné en Mauritanie depuis plus d’une dizaine d’années».
Concernant les raisons de sa présence sur le sol sénégalais, la police soutient qu’il a «laissé entendre qu’il voulait juste se conformer à la législation mauritanienne qui voulait qu’il sorte du pays au bout d’un certain temps et d’y retourner avec sur son titre de voyage (passeport) l’apposition du cachet ‘’entrée’’». D’après le bureau des relations publiques, c’est à cause «de son attitude suspecte et du caractère faux de son permis de conduire» qu’il «a été transféré aux services de la direction de la Police judiciaire pour une enquête plus approfondie».
Dans le communiqué, on précise qu’au moment «de son interpellation, le citoyen malien ne détenait par-devers lui qu’un passeport, une carte d’identité consulaire et un permis de conduire malien. Aucune arme de quelque nature que ce soit n’a été trouvée sur lui». Partant de ces faits, la police a mis fin aux rumeurs selon lesquelles cet individu serait un djihadiste. «A ce stade de l’enquête menée par la Division des investigations criminelles, en relation avec les autres services compétents de notre pays, sous la direction du procureur de la République près le Tribunal de grande instance hors classe de Dakar, aucun lien avec des groupes djihadistes n’a encore été établi», a-t-on fait savoir.
Cette sortie du bureau des relations publiques de la Police nationale survient au moment où l’ambassade des Etats-Unis au Sénégal a lancé une alerte sur des «menaces terroristes crédibles» qui planeraient sur le Sénégal.
dkane@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here