PARTAGER

Le rayonnement du quotidien national Le Soleil est menacé, si l’on se fie aux propos des travailleurs du journal de Hann. Et c’est son directeur général qui est pointé du doigt. Cheikh Thiam est en effet accusé de gestion nébuleuse et de mépris envers son personnel. Il aurait pris un congé d’un mois pour partir avec la somme de 13 millions Cfa et revenir 10 jours plus tard afin de profiter de son salaire le même mois. Ce qui, entre autres faits, a poussé les travailleurs de la Société de publication et de presse (Spp) Le Soleil à réclamer son départ.

Brassards, tee-shirts, chemises ou tout simplement tenues traditionnelles, la couleur rouge était la chose la mieux partagée hier  au quotidien national Le Soleil. Pour cause : Les travailleurs du quotidien de service public situé à Hann village «ne veulent plus de Cheikh Thiam comme le directeur du journal Le Soleil». Il est accusé de : «non-respect ou mépris du personnel et d’une gestion nébuleuse». A ce titre, hier aux alentours de 12 heures, un concert de sifflets a été organisé pour sonner «son départ».
«Cheikh Thiam a atteint ses limites, il est à bout de souffle.» Ce constat, ils sont nombreux à le faire. Du président du Conseil d’administration au conducteur, ils réclament tous «une alternative à Cheikh Thiam». Qui, d’après Maguette Ndong, secrétaire général de la section du Synpics du journal Le Soleil, «ne respecte pas son personnel. Cheikh Thiam a du mépris par rapport à son personnel. On devait se rencontrer le 31 mai passé, mais à la dernière minute il nous a opposé une fin de non-recevabilité».
Pis encore, l’actuel directeur qui boucle sa huitième année à la tête du Soleil est accusé de s’enrichir sur le dos du journal. «Le mois dernier, il est parti en congé en emportant avec lui 13 millions Cfa. 10 jours plus tard, il s’est lui-même rappelé pour venir travailler. Et à la fin de ce mois, il veut encore prendre son salaire (5 millions de francs). Il n’en avait pas le droit», a informé Maguette Ndong, pour s’indigner des «bas salaires des travailleurs» de leur boîte. A cela s’ajoutent «les investissements dont la rentabilité laisse à désirer». Maguette Ndong s’explique : «Il a investi 1 milliard 015 millions pour l’acquisition d’une imprimerie qui n’est pas rentable. Il revient avec un marché de 500 millions lancé pour l’acquisition du matériel complémentaire alors que l’imprimerie ne nous rapporte rien. Seul le journal Le Témoin est tiré ici. Même Le Soleil Business, qui a fait une recette de 155 mille francs Cfa depuis son lancement, n’est pas imprimé ici. Il a aussi acheté l’Agence de distribution de la presse (Adp) dont on ignore les détails de la transaction. Une plateforme de 60 millions pour les journalistes en interne a été mise sur pied. Trop c’est trop, on ne sait pas d’où il déniche ses projets. Récemment, un vol de 7 millions 400 francs Cfa a été signalé. Mais quand on demande des informations, il nous dit que l’enquête est en cours à la Dic. Il n’a plus cette capacité morale pour nous diriger.» Pour tous ces points, les travailleurs se demandent si «Cheikh Thiam n’ambitionne pas d’éteindre Le Soleil».
Le Quotidien a tenté de joindre le Dg de la Spp Le Soleil, Cheikh Thiam, mais en vain. Et cela, après l’avoir attendu à son bureau jusqu’à 14h 30.
mgaye@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here