PARTAGER

Si Aliou Tambédou est un joueur comme il le prétend, il joue mal avec les filles. Il n’a pas l’esprit «fair play». Abandonné par sa petite amie, Tambédou s’est transformé en un maître chanteur en menaçant de publier les photos indécentes de cette dernière si elle ne lui donnait pas la somme de 200 mille francs. Jugé hier pour «collecte de données à caractère personnel, tentative d’extorsion de fonds et extorsion de fonds», il risque 6 mois de prison ferme. Il sera édifié aujourd’hui sur son sort.

«Collecte des données à caractère personnel, tentative d’extorsion de fonds et extorsion de fonds.» Tels sont les délits reprochés au footballeur Aliou Tambédou par son ex-petite amie Dieynaba Traoré. Ces deux personnes vivaient une relation amoureuse. Une idylle qui a commencé alors qu’ils étaient respectivement âgés de 22 et 16 ans. Nonobstant leur jeune âge, tout roulait comme sur des roulettes pour ces jeunes qui s’exerçaient à l’amour. Ces tourtereaux n’avaient pas fixé de limites pour vivre leur amour. Les photos et les vidéos servaient à exprimer ce qu’ils se vouaient mutuellement. Ainsi, ils étaient loin de penser que l’absence de la bénédiction des parents pouvait constituer un obstacle à la construction de leur nid d’amour. Malheureusement, c’est ce qui arriva. Car la maman de la partie civile, âgée aujourd’hui de 23 ans, s’est farouchement opposée à cette relation en exigeant que sa fille y mette un terme.
Ne pouvant pas digérer qu’on le prive de son amour, Aliou Tambédou s’est vite mué en maître chanteur. Il a usé des photos où son ex-petite amie était dans une situation inconfortable pour tenter de lui extorquer des fonds en menaçant de les montrer à sa mère. Une honte que Dieynaba Traoré ne voulait pas connaître. C’est pourquoi, elle a accepté de payer pour son honneur au plus cher. En fait, elle a accepté d’obtenir la disparition de ces photos moyennant 200 mille francs que le prévenu lui a réclamé.
Pour ne pas se faire avoir, la partie civile, qui n’a pas réclamé de dommages et intérêts, a exigé au footballeur de venir à Dakar et d’effacer les photos en sa présence. Mais comme il pensait tenir le bon bout, Aliou Tambédou a demandé à la jeune fille de lui payer le billet de transport aller-retour de Kaolack à Dakar. Sans rechigner, elle lui a envoyé la somme de 10 000 francs. Le prévenu venait ainsi de tomber dans le piège de la jeune fille qui ne s’est pas fait prier pour porter plainte contre lui pour «collecte de données à caractère personnel, tentative d’extorsion de fonds et extorsion de fonds».
Devant la barre, le mis en cause n’a pas cherché à altérer la vérité. Il a reconnu sans ambages les faits. Seulement, il a voulu faire croire que son intention n’était pas de soutirer de l’argent à son ex-petite amie, mais de reconquérir son cœur. «Nous sortions ensemble depuis 2011. Mais l’année passée, nous avions eu des problèmes à cause de sa mère. Elle ne voulait pas de notre relation et nous nous sommes séparés. Je suis allé à Kaolack, mais elle continuait à m’envoyer des photos via WhatsApp. Je voulais la reconquérir. C’est ainsi que je lui ai dit que je vais envoyer ses photos à sa mère. Mais en toute sincérité, je n’avais pas cette intention», a-t-il tenté de se défendre. Mais Aliou Tambédou sera vite coupé net par le président du Tribunal. «Ce n’est pas vrai. Tu as commencé à dire la vérité, alors vas au bout de ta logique. Pourquoi tu lui as demandé de l’argent ?», interroge le juge. «Je lui ai demandé la somme de 200 mille francs pour effacer les photos, mais en réalité ce n’était pas mon objectif. Ce n’est pas l’argent qui m’intéressait le plus. Je voulais que nous soyons encore ensemble. C’est pourquoi je suis venu à Dakar», a précisé Aliou Tambédou.
Le Parquet a requis 6 mois de prison ferme contre le prévenu. Selon l’avocat de la défense, ils se sont aimés en faisant leur bout de chemin pendant 7 ans. D’après lui, l’amour rend fou et peut même amener à tuer. Son client, poursuit-il, voulait faire revenir la fille, parce qu’il voulait sceller avec elle une union, mais les parents de cette dernière n’étaient pas pour. L’avocat a demandé au Tribunal de tendre la perche à Aliou Tambédou, car il a chuté et a demandé pardon. La décision sera rendue aujourd’hui.
justin@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here