PARTAGER
Moustapha Cissé Lô, président de la Ccia/rd.

Moustapha Cissé Lô ne veut pas que les résultats des Légis­latives dans la ville de Touba soient reconnus. Le plénipotentiaire de la coalition présidentielle regrette ce qui s’est passé et souhaite que les responsabilités soient situées. Il accuse les organisateurs, en l’occurrence l’Admi­nistration territoriale, d’avoir failli. «Certaines erreurs sont de l’Etat. Dans cette ville, sur les 568 bureaux de vote, 220 n’ont pas fonctionné», dit-il. Ils accusent les responsables de la Coalition gagnante/Wattu senegaal d’avoir saccagé des bu­reaux. Des individus auraient, selon Cissé Lô, mis à sac plus de 140 bureaux de vote avant de crier «Sopi ! Sopi !». Pour toutes ces raisons, le responsable de Bby estime qu’il n’y a pas eu d’élections à Touba et pense qu’ils vont introduire un recours en annulation de tous les bureaux implantés dans Touba. Il souligne que les autorités judiciaires doivent s’autosaisir et poursuivre les auteurs de ces actes purement répréhensibles. Il annonce que la coalition présidentielle est «largement en avance et compte rafler les 5 sièges du département».
Mais Benno n’est pas la seule à souhaiter l’annulation du vote à Touba. Serigne Fallou Mbacké, tête de liste nationale de la coalition Suxali senegaal, n’écarte pas cette hypothèse. D’ailleurs, sur cette mauvaise organisation du scrutin à Touba, des voix s’élèvent de plus en plus pour parler de «sabotage». Le matériel électoral a été convoyé dans la cité religieuse une semaine avant le reste du Sénégal à bord de deux camions communément appelés 16X21.
badiallo@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here