PARTAGER

Si la tendance actuelle de la dégradation de l’environnement continue, on risque de perdre tout le massif forestier de notre pays. C’est le cri du cœur de Ousmane Bocoum. Le responsable du Centre de suivi écologique présentait l’atlas «Les paysages de l’Afri­que de l’Ouest, une fenêtre sur un monde en pleine évolution», un document de planification produit pour toute l’Afrique de l’Ouest et qui s’adresse aux décideurs pour une utilisation intelligente des sols.

Après leur première nuit passée en garde à vue au commissariat central de Thiès, les huit commerçants arrêtés ce mercredi 24 janvier 2018 ont été déférés au Parquet. Ils ont été interpellés suite au saccage des installations d’une foire organisation à la Pro­menade des Thiessois, sur autorisation du maire de la ville. Selon les autorités policières qui justifient leur défèrement, «les commerçants n’avaient pas une autorisation pour organiser une marche dans les rues de Thiès». Pis, ajoutent-elles, «c’est une marche au cours de laquelle des biens appartenant à autrui ont été détruits». Et malgré «les sollicitations et autres interventions venant de partout, nous les avons déférés parce que cela peut provoquer d’autres manifestations. Nous sommes chargés de l’application de la loi et rien d’autre». En effet, ces commerçants avaient installé la violence dans la ville. C’était lors d’une manifestation pour s’insurger contre l’organisation récurrente de foires à la Promenade de Thiessois sur autorisation du maire Talla Sylla. Devant leur furie aveugle, la police s’était interposée en interpellant huit d’entre eux.
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here