PARTAGER

La vague d’indignation et de condamnation après le saccage des locaux du journal Les Echos se poursuit. Après la corporation, c’est au tour de la classe politique de fustiger cet acte. En effet, le Secrétariat permanent de la Ligue démocratique (Ld) «condamne sans réserve le saccage inacceptable» des locaux de ce journal le 3 août dernier. Cette formation membre de la mouvance présidentielle invite les autorités à identifier et à sanctionner les coupables, conformément aux lois en vigueur dans le pays. En outre, Nicolas Ndiaye et ses camarades regrettent la perte de Babacar Touré, pour son «apport décisif» dans les conquêtes démocratiques et le pluralisme médiatique, de Mansour Kama, un «défenseur acharné du patriotisme économique» et du Khalife général de Médina Baye, Serigne Cheikh Ahmed Tidiane Niasse, pour son «ouverture d’esprit et la qualité de ses enseignements islamiques».
Sur un autre registre, la Ld exprime sa «vive» inquiétude face au «relâchement» des populations pour le respect des mesures barrières. C’est ainsi qu’elle en appelle à la vigilance et à la responsabilité individuelle et collective de tous les citoyens face aux dégâts de la pandémie. «A l’heure actuelle, et en l’absence d’un traitement adéquat contre le Covid-19, le Secrétariat permanent reste convaincu que seul le respect scrupuleux des mesures préventives, notamment le port systématique et correct du masque, est susceptible de limiter l’extension de la pandémie», estime la Ld. Qui exhorte, par conséquent, les autorités et tous les leaders d’opinion à «intensifier les campagnes de sensibilisation afin d’impliquer davantage toute la communauté nationale dans la lutte contre la pandémie du Covid-19».

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here