PARTAGER

Du Cfa (National en France) en 2012 à Liverpool en 2016, le parcours de Sadio Mané a connu une ascension insolente. Bourré de technique, agrémentée par un sens devant le but, l’attaquant a tout pour éclore son talent au Gabon. Au pays des Panthères, le Lion devra marquer son territoire en lettres d’or pour continuer à rehausser le niveau d’une carrière où il s’est forgé un destin ambitieux.

Sadio Mané, c’est le joueur qui rend fou et régale. Un jeune qui a fini par mettre tout le monde d’accord dans le championnat très intense qu’est la Premier League. Le pensionnaire de Liverpool force l’admiration par la manière dont il caresse le cuir. Au Sénégal, on le compare à son aîné et illustre prédécesseur en Equipe nationale El Hadji Ous­seynou Diouf. Sur les bords de la Mersey, on s’extase pour le transfuge de Southampton. C’est tout simple : Mané est le nouveau chouchou d’Anfield. Avec sa technique, il peut changer le cours d’un match et contrarier les adversaires par des fautes commises sur lui. Au-delà de ses 9 buts en 19 matchs cette saison, il a délivré 4 passes décisives à Adam Lallana, Firmino ou Philipe Coutinho. Jürgen Klopp, le coach des Reds, ne cesse de tarir d’éloges à l’endroit de son protégé, regrettant de ne pas l’enrôler plutôt au moment où il officiait à Dortmund. La carrière de Sadio Mané a véritablement démarré lors des Jeux olympiques de 2012.
A Londres, l’ancien joueur du Fc Metz s’autorise de porter le leadership de la jeune génération sénégalaise. Il impressionne lors du premier match face à la Grande Bretagne de Ryan Giggs ou de Craig Bellamy. A la fin de la compétition où le Sénégal atteint les quarts de finale, Sadio Mané sait qu’il a gagné des points. Cependant, son rêve de venir en Angleterre devra nécessiter un intermède. Après une dernière offre de Nice jugée trop faible, c’est finalement le Red Bull Salzbourg qui empoche la mise pour 4 millions d’euros. Mané s’exile en Autriche malgré les yeux doux de l’Olympique de Marseille et des Girondins de Bordeaux. Au Sénégal, la presse s’indigne toutefois du choix de Mané et de son agent. «J’ai été traité de paria, mais aujourd’hui je suis vu comme un génie», ironisait à l’époque Thierno Seydi. Pour cause : Mané reste deux saisons en Autriche, avec un bilan on ne peut plus honorable, 31 buts en 63 matchs.

Doit mieux faire  en Equipe nationale  
Les portes de la Premier League s’ouvrent à lui. Il engage un bras de fer avec son club pour rejoindre le très médiatisé cham­pionnat anglais. Sa carrière en avait également besoin. Et Mané le savait. Southampton débourse 15 millions d’euros pour le dé­bau­cher. Chez les Saints, il impressionne. Durant le mercato d’hiver 2016, Louis Van Gaal, en­traîneur de Man­chester Uni­ted, fait des pieds et des mains pour l’arracher à Ronald Koman. En vain ! Finalement, en 75 matchs dans l’équipe des Saints, il marque 25 buts en deux saisons. Suffisant pour que Liver­pool casse sa tirelire avec un chèque de 40 millions d’euros pour l’enrôler. Dans le nord de l’Angleterre, Mané confirme et devient, d’après les médias, la meilleure recrue de la Premier League devant un certain Paul Pogba, joueur le plus cher du monde (105 millions d’euros) ou Zlatan Ibrahimovic.
En sélection, le natif de Sé­dhiou, produit du centre de formation Génération foot, est appelé à être le leader du groupe de Aliou Cissé. Diminué lors de la Can 2015 en Guinée Equa­to­riale, Mané a l’occasion de briller pour confirmer sa candidature au Ballon d’or africain 2017 (3ème en 2016 derrière Ryad Ma­h­rez et Pierre-Emérick Au­ba­meyang). Avec 39 sélections pour 10 buts, Mané cristallise les espoirs de tout un Peuple. Souvent déçu par ses grandes stars…
bgdiop@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here