PARTAGER

Plus de peur que de mal. Sadiouka Mbodji, principal du Collège d’enseignement moyen (Cem) Ousmane Ngom de Thiès, disparu depuis dimanche 16 février, a été retrouvé hier dans l’après-midi à Touba. Une disparition mystérieuse qui avait inquiété certains de ses proches qui la lie à de supposés «trous de mémoire», qui l’ont conduit loin de chez lui. Ils informent que l’ancien professeur d’histoire et de géographie au Lycée Malick Sy de Thiès «souffre» depuis le décès de sa mère : «La disparition de sa maman l’a marqué parce qu’ils étaient trop proches. Et lui était très attaché à elle.» Aussi, renseignent-ils, «il disait parfois qu’il avait des trous de mémoire et qu’il oublie des choses». Selon eux, la disparition de Sadiouka Mbodji, âgé de 59 ans, ce lundi 17 février, qui avait fait le tour des réseaux sociaux, pouvait être liée à «une perte de mémoire. Cela peut arriver».
Pour l’heure, Mme Assiétou Diop Mbodji, sa femmen ne préfère pas communiquer sur cette affaire. Elle confie au bout du téléphone : «On a de bonnes nouvelles. On ne l’a pas encore vu mais il a été retrouvé. Et c’est l’essentiel.» Auparavant le Procureur près du Tribunal régional de Thiès a rencontré sa famille sise au quartier Som, non loin du Lycée Malick de Thiès, pour les besoins de l’enquête ouverte par le Commissariat central de Thiès. A en croire des sources proches de l’enquête, «toutes les recherches menées pour retrouver ses traces étaient vaines parce que le professeur, à un an environ de la retraite, avait laissé son téléphone portable à la maison».
nfniang@lequotidien.sn

LAISSER UN COMMENTAIRE

Please enter your comment!
Please enter your name here